Belgique

Peu avant 10h30, environ 60% des trains circulaient, indique la SNCB, alors qu'une journée de grève est organisée dans le pays à la suite d'un appel lancé par la CGSP. Des trains circulaient sur les grandes lignes du pays vers Bruxelles, mais à fréquence réduite. La situation peut encore évoluer durant la journée. La SNCB conseille aux voyageurs de s'informer avant de voyager.

Par contre, trois trains sur cinq effectuaient la liaison entre Charleroi et Bruxelles. Trois cabines de signalisation étaient par ailleurs inexploitées car le personnel ne s'est pas présenté, précise Infrabel. Des personnes sont également présentes sur les voies. Peu avant 08h30, trois trains sur cinq reliaient Charleroi et Bruxelles, contre trois sur quatre un peu plus tôt, selon les informations communiquées par le porte-parole de la SNCB, Thierry Ney.

Entre Namur et Bruxelles (ligne 161), deux trains sur trois roulaient et entre Arlon et Namur (ligne 162), trois trains sur cinq étaient en service. Sur ces deux lignes, d'importants retards sont toutefois enregistrés.

La situation à Liège (ligne 36) était plus difficile, avec un train sur cinq rejoignant Bruxelles mardi matin. En raison d'un manque de personnel dans la cabine de signalisation à Flémalle Haute, la circulation est aussi empêchée entre Huy et Liège, ajoute le gestionnaire du réseau ferroviaire Infrabel.

Un train sur deux circulait depuis Mons vers la capitale. Les membres du personnel de la cabine de Quévy ne s'étant pas présentés, tout comme à celle de Visé, ces cabines ne sont pas en mesure de fonctionner. Les voyageurs qui souhaitent se rendre à Bruxelles depuis Quévy doivent donc se rendre à Mons directement.

Concernant Tournai, seul un train sur quatre vers Bruxelles était opérationnel, ainsi que la moitié des trains entre Charleroi et Namur.

Un piquet de grève a également été installé au parking voyageur de la gare de Namur, selon Thierry Ney.

Des voies sont par ailleurs occupées à Braine-le-Comte et à Hamoir, précise de son côté Arnaud Reymann, porte-parole d'Infrabel. Comme annoncé, le gestionnaire du réseau a mandaté la police et des huissiers face à cette situation.

En Flandre, trois trains sur cinq circulaient entre Anvers vers Bruxelles, contre quatre sur cinq sur la ligne Gand-Denderleeuw-Jette. La liaison Ostende-Bruxelles (50A) pouvait quant à elle compter sur la moitié des trains. Entre Gand et Courtrai, deux trains sur cinq roulaient, et deux sur trois entre Anvers et Gand.

De manière plus globale, environ 67% des trains roulaient entre 06h00 et 7h00 sur la ligne Liège-Louvain-Bruxelles, 78% entre Namur et Bruxelles (ligne 161), environ 60% entre Mons et Bruxelles et 43% entre Tournai et la capitale, selon des données d'Infrabel.

Le porte-parole de la SNCB souligne que la situation peut fortement évoluer en cours de journée. Il conseille aux voyageurs de se tenir informés via les différents canaux de communication de la SNCB.


Le trafic des bus TEC est fortement perturbé

Le trafic des bus et des métros est fortement perturbé ce mardi en Wallonie, indique le TEC dans un communiqué. A Charleroi, aucun bus n'est sorti des dépôts excepté un véhicule de la ligne 67 du dépôt de Jumet et un 91 du dépôt d'Anderlues. Aucun métro ne roule, selon les chiffres du TEC.

Au TEC Hainaut, si 31% des services sont assurés à Mons, ce pourcentage chute à 4% dans le Borinage et à 5% dans le Centre. Dans le Hainaut occidental, 73% des véhicules sont en service.

En région liégeoise, le réseau du TEC Liège-Verviers est complètement paralysé, des piquets de grève ayant été déployés devant les 11 dépôts de la société. "C'est une réussite totale. Les agents non affiliés à la CGSP ne se sont pas présentés pour prendre leurs services", a expliqué Dona Balbo, permanente CGSP au TEC.

Par ailleurs, 25% des bus roulent en province de Namur et 60% dans la province de Luxembourg.

Quant au Brabant wallon, 69% des bus y sont en circulation.

Toutes les informations concernant ces perturbations sont disponibles sur le site infotec.be et seront actualisées régulièrement en fonction de l'évolution de la situation, précise la société qui indique enfin que les 900 circuits de transport scolaire vers l'enseignement ordinaire et spécialisé sont tous assurés.


A Bruxelles, une seule ligne de métro circule

Seule la ligne de métro 1 était exploitée mardi matin à Bruxelles, en raison d'un appel à la grève lancé par la CGSP. La fréquence sur cette ligne est toutefois fortement réduite pour une heure de pointe, à raison d'un train toutes les 10 minutes environ, précise Cindy Arents, porte-parole de la Stib. Six trams sont également sortis des dépôts. Vers 08h00, plus aucun bus ne roulait. Les lignes de métro 5, 2 et 6 sont à l'arrêt, tandis que la ligne de métro 1 circule à fréquence faible.

Du côté des trams, seules les lignes 3, 4, 7, 82, 92 et 94 sont en service, mais également à fréquence réduite par rapport à une journée normale, nuance la Société des transports intercommunaux de Bruxelles.

Concernant les bus, plus aucun ne roulait vers 08h00, alors que deux lignes étaient en service plus tôt dans la matinée.

La Stib communique les mises à jour du trafic sur ses comptes Facebook et Twitter tout au long de la journée.



En Flandre, 70% des chauffeurs sont au travail

Le trafic des bus et trams De Lijn était également perturbé mardi matin, avec environ 70% des chauffeurs qui ont pris le service, indique la société de transport en commun flamande. La quasi totalité (90%) des bus circulent par contre vers Herrmann-Debroux. A Anvers, la moitié des trams circulent tandis que dans le Limbourg, 70% des bus sont en service.

Environ 70% des chauffeurs sont au travail en Flandre orientale. Les perturbations sont principalement enregistrées à Gand, Alost et Saint-Nicolas.

Dans le Brabant flamand, environ trois quarts des chauffeurs sont au volant et 75 à 80% des voyages sont assurés.

Du côté de la Flandre occidentale, 70% des conducteurs travaillent en moyenne.


En voiture, les principales voies d'accès à la capitale saturées

La grève décrétée par la CGSP, la fermeture du viaduc Herrmann-Debroux et divers incidents ont provoqué jusqu'à 400 kilomètres de files sur les routes du pays mardi matin. Peu avant 09h30, Touring Mobilis notait encore 224 kilomètres d'embouteillages cumulés. En Flandre, l'heure de pointe matinale a été la plus chargée depuis le début de l'année, précise le centre flamand du trafic. A 08h27, Touring Mobilis a noté 403 kilomètres de files sur l'ensemble du réseau routier belge, particulièrement congestionné mardi matin. Il ne s'agit pas pour autant d'un record. Ainsi le 13 juin dernier, lorsqu'un bus avait pris feu sur le Ring de Bruxelles, 420 kilomètres d'embouteillages avaient été enregistrés.

Peu après 09h30, la situation restait problématique sur la E411 vers Bruxelles, avec des congestions à Wavre, Overijse, autour de Watermael Boitsfort et Auderghem, en raison également de la fermeture du viaduc Herrmann-Debroux. La E40 était aussi fortement encombrée.

En Flandre, plusieurs incidents ont causé des embarras de circulation. Une collision entre huit voitures s'est notamment produite sur la E19 à Courtrai, selon le centre flamand du trafic.

Touring Mobilis prévoit environ 200 km de files sur les routes mardi soir.

Suivez la situation en direct via notre info trafic.

© ipm


Les services publics

Un piquet de grève installé devant la centrale nucléaire de Tihange

Un piquet de grève a été installé mardi à l'aube devant la centrale nucléaire de Tihange, à la suite de l'appel à la grève dans le service public lancé par la CGSP, a indiqué à Belga Jean-Marc Pirotton, délégué syndical Gazelco. Une cinquantaine de travailleurs forment le piquet, installé depuis 04h30, a-t-il précisé. Le mouvement doit durer toute la journée. La production restera assurée et le personnel de sécurité peut entrer sur le site.

Le journal parlé de la RTBF retardé de quelques instants

Le journal parlé de le RTBF prévu à 06h00 mardi matin a été retardé de quelques instants en raison de la journée d'action syndicale contre le gouvernement. Un avertissement a été émis sur la radio du service public avant la conduite normale du journal parlé mardi matin.



Transports, école, poste, hôpitaux... A quoi ressemblera votre journée?

>>> Toutes les perturbations possibles dans cet article

>>> Pour connaître les blocages au Tec province par province, c'est par ici !