Belgique

Médecins Sans Frontières et le secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration Theo Francken (N-VA) ont échangé plusieurs messages acerbes mardi sur le réseau social Twitter.

Le membre du gouvernement a invité l'organisation à quitter la mer Méditerranée, l'accusant de contribuer à la traite des êtres humains et d'encourager l'immigration illégale. L'échange est parti d'un débat impliquant plusieurs utilisateurs de Twitter. Médecins Sans Frontières a notamment expliqué que les réfugiés secourus en mer Méditerranée étaient conduits en Italie parce que la Libye n'est pas un pays sûr. "Sauver des vies est notre métier. Et c'est ce que nous faisons", écrit l'organisation.

Le secrétaire d'Etat a réagi en indiquant que l'organisation ne faisait que "causer indirectement plus de morts".

L'ONG se dit "stupéfaite" par cette réponse. "Il s'agit d'une attaque contre notre travail humanitaire. C'est un travail qui devrait être mené par les gouvernements européens", ajoute son porte-parole Christof Godderis, précisant que MSF a décidé en juin 2016 de ne plus accepter les subsides du gouvernement belge. L'organisation a pris cette décision pour contester l'accord sur l'immigration entre l'Union européenne et la Turquie.

Médecins Sans Frontières a par ailleurs envoyé une lettre au secrétaire d'Etat pour organiser une réunion et obtenir des explications sur sa position. Elle a également rédigé un tweet en s'adressant au Premier ministre Charles Michel. "Nous regrettons qu'un membre du gouvernement belge nous attaque parce que nous avons sauvé des milliers de vies humaines", écrit MSF.

Charles Michel rappelle Francken à l'ordre après ses tweets acerbes envers MSF

Le Premier ministre Charles Michel a rappelé Theo Francken à l'ordre après ses tweets acerbes adressés mardi à Médecins sans Frontières (MSF). "Je l'appelle à faire preuve de plus de nuance dans sa communication", a fait savoir le chef du gouvernement.

Dans une série d'échange de tweets au picrate mardi, M. Francken a invité l'organisation humanitaire à quitter la mer Méditerranée, l'accusant de contribuer à la traite des êtres humains, d'encourager l'immigration illégale et d'y causer "indirectement plus de morts".

Des commentaires qui n'ont pas échappé au Premier ministre. "J'appelle Theo Francken à respecter le travail humanitaire. Je déplore sans réserve la confusion qui est créée entre trafic d'être humains et les ONG", a-t-il insisté.

Sur le fond du dossier, M. Michel estime que tout doit être fait pour "lutter contre l'immigration illégale et le trafic d'être humains".

Charles Michel invite dans la foulée son secrétaire d'Etat à rencontrer MSF "aussi vite que possible pour avoir un dialogue constructif". L'ONG avait elle-même formulé cette demande plus tôt dans la journée.