Belgique

Le Premier ministre Elio Di Rupo, le président français François Hollande, le chef du gouvernement italien Matteo Renzi et le président du Parlement européen Martin Schulz ont rendu hommage mardi devant le Musée juif de Belgique, à Bruxelles, aux quatre personnes qui y ont été abattues samedi. Devant un parterre de gerbes de fleurs et de bougies déposées par des anonymes depuis samedi, les dirigeants se sont entretenus avec des représentants de la communauté juive et le directeur du musée, Philippe Blondin. La ministre de la Justice en affaires courantes Annemie Turtelboom était également présente.

Debout côte à côte, avant l'arrivée de M. Schulz, MM. Hollande, Renzi et Di Rupo, ont ensuite écouté en silence un rabbin psalmodier une brève prière.

Les quatre dirigeants sortaient d'une réunion du Parti socialiste européen (PSE), avant le sommet consacré aux suites à donner aux élections européennes, marquées par une poussée des europhobes et des extrêmes.

Avant eux, le Grand Rabbin de Bruxelles Albert Guigui et Riccardo Pacifici, qui est à la tête de la communauté juive de Rome, s'étaient également recueillis devant le musée, où quatre personnes -un couple d'Israéliens, une bénévole française et un employé belge- ont été abattues samedi après-midi par un tueur. Trois d'entre elles sont décédées et une autre, grièvement blessée, est toujours entre la vie et la mort.

Le parquet fédéral, chargé du dossier, a qualifié lundi les faits de triple assassinat et de tentative d'assassinat terroristes.


Di Rupo, seul dirigeant européen à avoir pris contact avec Netanyahu

Le Premier ministre Elio Di Rupo est le seul dirigeant européen à avoir pris contact avec son homologue israélien Benjamin Netanyahu à la suite de la fusillade mortelle perpétrée samedi au Musée juif de Belgique, selon un communiqué du cabinet du Premier ministre israélien. Lors de leur entretien téléphonique de dimanche, les deux hommes ont abordé les avancées de l'enquête et le problème de la montée de l'anti-sémitisme en Europe, qu'une commission du Parlement israélien a fustigé mardi. Elio Di Rupo avait exprimé dimanche son effroi quant aux faits survenus la veille et avait condamné toutes les manifestations d'anti-sémitisme. Benjamin Netanyahu avait ensuite remercié le Premier ministre et lui avait assuré qu'Israël était prêt à collaborer à l'enquête.

La commission de la diaspora de la Knesset (Parlement) s'est par ailleurs réunie mardi. "Nous sommes très inquiets de la montée de l'antisémitisme et de l'incitation à la haine contre Israël en Europe", y a déclaré le député Réouven Rivlin, du parti Likoud (droite).

"Voir des Juifs tués en Europe nous rappelle des périodes sombres de l'Histoire", a renchéri son collègue centriste Dov Lipman. "Nous sommes convaincus qu'il y a un lien entre l'antisémitisme en Europe et la diabolisation d'Israël dans les médias", a-t-il souligné.

Lors de la réunion à la Knesset, le rabbin Arié Goldberg, directeur-adjoint de la Conférence des rabbins européens (dont le siège est à Bruxelles), a exhorté les députés israéliens à agir "pour exiger des parlements européens qu'ils fassent voter des lois contre l'antisémitisme".

L'ambassadeur de Belgique en Israël, John Cornet d'Elzius, convié à cette réunion, a répondu que "les autorités belges sont déterminées à lutter contre l'antisémitisme en Belgique". "C'est une priorité du gouvernement belge", a assuré le diplomate.