Belgique

Le ministre de la Justice Koen Geens (CD&V) estime qu'il n'y a pas actuellement de problème urgent en matière de migration en Europe. Pour soutenir son propos, il renvoie aux chiffres des arrivées dans l'UE qui ont considérablement diminué depuis trois ans. "Le problème de l'Aquarius a été placé dans les médias par des politiciens populistes en Italie", a-t-il commenté sur les ondes de Radio 1.

Dans les médias, le secrétaire d'Etat en charge de l'Asile et la Migration, Theo Francken (N-VA), s'est prononcé en faveur d'un arrêt total de la migration illégale. Une approche particulièrement stricte qui se répandrait dans l'opinion publique, d'après le président des nationalistes flamands, Bart De Wever.

Le CD&V n'est cependant pas convaincu par les solutions avancées par la N-VA. "Nous sommes calmes et nous essayons d'analyser les faits", a déclaré M. Geens. "Pour l'instant, il ne s'agit pas d'un problème gigantesque. C'est uniquement le cas de l'Aquarius qui a été placé dans les médias par des politiciens populistes italiens", a-t-il poursuivi.

Les arrivées de migrants dans les pays du sud de l'Europe - tels que l'Espagne, l'Italie et la Grèce - ont diminué de manière substantielle. "En 2015, il y en avait plus d'un million, trois plus tard on parle de quelques dizaines de milliers", insiste le chrétien démocrate flamand.

Ce dernier reconnait toutefois l'existence d'un "problème politique" en Europe. L'ambition de rendre Frontex, l'agence en charge de la gestion des frontières extérieures de l'UE, pleinement opérationnelle à l'horizon 2027 est trop faible. "Cela devrait pouvoir aller plus vite", juge M. Geens, qui plaide en outre pour que les pays européens agissent pour améliorer la situation dans les pays d'Afrique et du Moyen-Orient.