Interculturalité : Modrikamen dénonce "une attaque frontale"

Publié le - Mis à jour le

Belgique

Le PS et Ecolo n'ont pas encore réagi


BRUXELLES Les conclusions des assises de l'interculturalité constituent "une attaque frontale contre nos valeurs et notre histoire communes" et un "forcing pour imposer les valeurs multiculturelles et interculturelles", a critiqué mardi le Parti populaire, qui n'y voit que quelques points positifs mineurs. Le président du PP, Mischaël Modrikamen, pointe du doigt un rapport selon lui trop influencé par des "revendications de la communauté musulmane".

Pour le parti de droite radicale, intégrer davantage des pans d'histoire et des points de vue d'autres cultures dans l'enseignement relève d'une volonté "inacceptable" de relativisme historique. Pas question dès lors d'accepter que l'apprentissage "des langues des communautés marocaine ou turque" soit "mis sur un pied d'égalité" avec les langues étrangères internationales comme l'anglais, selon le PP.

M. Modrikamen s'oppose aussi à l'autorisation du port de signes religieux pour les fonctionnaires qui ne sont pas investis d'une fonction d'autorité, ainsi qu'aux arrangements raisonnables, qui constitueraient une rupture par rapport au principe d'égalité. Il dénonce la complexité organisationnelle d'autoriser des jours fériés différenciés et une atteinte à la liberté du travail dans l'imposition de quotas d'embauche pour les travailleurs issus de minorités.

Seuls points positifs, mais "mineurs" selon le PP: l'extension de la notion de génocide à d'autres que la Shoah et le "renforcement de la lutte contre le racisme". Le MR a dénoncé lundi les conclusions des assises de l'interculturalité qui promeuvent selon lui la vision communautariste du cdH, suscitant les protestations du comité de pilotage de ces assises. Le PS et Ecolo n'ont pas encore réagi.

© La Dernière Heure 2010

Publicité clickBoxBanner