Belgique L'ex-sénateur VLD a présenté son projet politique

BRUXELLES L'impétueux sénateur flamand Jean-Marie Dedecker a finalement fait connaître le nom du parti qu'il fonde à quelques encablures des élections fédérales du 10 juin. Ce sera "Lijst Dedecker" (liste Dedecker). L'ex-parlementaire VLD a présenté vendredi à la presse son programme électoral. Il part en campagne avec le slogan "du bon sens".

Lors de la conférence de presse, Jean-Marie Dedecker était assisté du professeur Boudewijn Bouckaert, président du cercle de réflexion de droite libérale Nova civitas, d'un certain Paul Vanhie, ancien bourgmestre VLD de Ledegem, et de Walter Govaert, un ex-VLD qui a fait dissidence et ramené avec lui huit élus de Wetteren.
Le bon sens sera la ligne de conduite de ce nouveau parti que Jean-Marie Dedecker qualifie de populaire. "Nous allons écouter la population", a indiqué vendredi le sénateur. Lijst Dedecker veut agir au profit de tous les Flamands.

Le parti se veut indépendant et attaché à l'orthodoxie, en ce sens que les points de vue adoptés devront être respectés. Lijst Dedecker bataillera pour l'avènement d'une Flandre autonome, qui doit pouvoir déterminer elle-même ses revenus et décider de ses dépenses.

La Flandre doit devenir une région entreprenante, qui se soucie tout particulièrement du sort des indépendants et des PME. Le nouveau parti entend également consacrer son attention à la politique sociale en Flandre. Toute personne dans le besoin doit pouvoir être aidée et les profiteurs du système social doivent être sanctionnés, indique l'ex-entraîneur de judo.

Ces thématiques figurent dans la déclaration de principe de la liste dont le dernier point est la sécurité.
La liste compte pour l'instant quelque 1.000 membres, selon Jean-Marie Dedecker. Son objectif est d'avoir au moins un élu à la Chambre et un au Sénat. Jean-Marie Dedecker n'a pas catégoriquement rejeté l'idée de se présenter en cartel avec le Vlaams Belang. "Il ne faut jamais dire jamais", a-t-il dit vendredi.