Belgique

Le mot de la fin à Patokh Chodiev. Le rapport de la commission d’enquête parlementaire sur le Kazakhgate a été voté jeudi en séance plénière de la Chambre. Majorité contre opposition. Durant les travaux de la commission, le nom de Chodiev a été cité à maintes reprises, souvent associé à des termes comme “criminel” ou “mafieux”, a dit vendredi son avocat, Pascal Vanderveeren, lors d’une conférence de presse. “C’est de la calomnie. Quand on dit de quelqu’un qu’il est un criminel, il faut le prouver.” Raison pour laquelle “M. Chodiev propose à l’Etat belge de faire amende honorable pour le fonctionnement de la commission et pour le tort qui lui a été fait.”

“M. Chodiev demande à la commission de faire son examen de conscience. De reconnaître que des erreurs ont été commises, que son mandat a été outrepassé, que la vie privée de M. Chodiev n’a pas été respectée.” Pourtant, estime Me Vanderveeren, “on ne peut retenir aucun grief contre M. Chodiev dans le cadre du périmètre de la commission.”

Bref, l’homme d’affaires belge d’origine ouzbek réclame les excuses de la Belgique. Concrètement, elles pourraient prendre la forme d’une lettre envoyée par “une autorité publique”. A priori, le Parlement fédéral, puisque la commission d’enquête se tenait en son sein, mais elle pourrait aussi venir du pouvoir exécutif, a laissé entendre l’avocat.

Pour sauver sa réputation

Entre les lignes, on comprend que M. Chodiev a besoin de sauver sa réputation sur le terrain des affaires. “Ce qui s’est passé a eu des conséquences sur les activités professionnelles de mon client”, reconnaît son conseil.

Si ces excuses sont formulées, “nous laisserons tomber la procédure que nous avons entamée contre l’Etat belge”. Le 18 avril 2017, Pascal Vanderveeren annonçait en effet que son client attaquait l’Etat en justice “pour les fautes commises par la commission d’enquête”. En revanche, quoi qu’il arrive, les actions contre Georges Gilkinet (Ecolo), membre Ecolo de la commission, et Dirk Van der Maelen, son président SP.A, “se poursuivront”.