Belgique

Mustafa S., un Liégeois de 62 ans, a été condamné lundi matin par le tribunal correctionnel de Liège à une peine de 28 mois de prison avec sursis pour les trois quarts (7 mois fermes) et à une amende de 800 euros avec sursis. 

Il avait porté un coup de couteau dans la fesse gauche de Raoul Hedebouw, le porte-parole du PTB, lors d'un discours prononcé le 1er mai 2017 à Liège. Le porte-parole du PTB avait été agressé d'un coup de couteau dans la fesse gauche lors d'un discours prononcé le 1er mai 2017 devant ses sympathisants. Mustafa S., un Liégeois de 62 ans, avait été immédiatement intercepté.

Détenu depuis les faits, il avait comparu le 16 octobre dernier vêtu d'une chemise sur laquelle il avait posé des inscriptions: "Justice à deux vitesses" devant et "Devoir politicien l'écoute belziek injustice impunité" à l'arrière.

Mustafa S. était en aveux des faits qui lui étaient reprochés. Il avait reconnu qu'il était porteur d'un couteau et d'un spray lacrymogène et qu'il avait volontairement planté son couteau de cuisine dans la fesse gauche de Raoul Hedebouw. Il avait prémédité son geste depuis plusieurs mois.

Mustafa S. avait indiqué qu'il ne regrettait pas son geste. "J'ai soutenu le PTB lors des élections. M. Hedebouw est un exemple de tous les politiciens qui racontent de bêtises et qui réalisent de fausses promesses. Les politiciens n'écoutent plus les gens alors qu'ils devraient tendre l'oreille vers les citoyens. J'ai souhaité qu'il souffre comme souffrent les citoyens belges. Je ne regrette pas ce geste, il l'a mérité", avait-t-il indiqué.

Mustafa S. avait précisé qu'il avait commis cet acte parce que Raoul Hedebouw n'avait pas répondu à un de ses courriers dans lequel il dénonçait le laxisme de la justice belge. Le prévenu avait été victime de deux agressions, à ses yeux insuffisamment sanctionnées par la justice.

Représenté par ses conseils, Me Nève et Me Callewaert, Raoul Hedebouw avait réclamé un préjudice d'un euro définitif ainsi qu'une interdiction de l'approcher. Le parquet avait requis une peine de 30 mois de prison avec un sursis probatoire lié à une obligation de suivi psychologique. Mustafa S. acceptait l'idée d'être condamné pour les faits commis et ne cherchait pas à se dérober à la sanction.

Le tribunal l'a finalement condamné à une peine de 28 mois de prison avec sursis de cinq ans pour les trois quarts (7 mois fermes) et à une amende de 800 euros avec sursis de trois ans (ou 15 jours d'emprisonnement subsidiaire). Mustafa S. devra respecter une série de conditions probatoires, parmi lesquelles l'obligation d'entamer un suivi psychologique et psychiatrique et de ne pas tenter d'entrer en contact avec Raoul Hedebouw et ses proches.

Le tribunal a alloué à Raoul Hedebouw le préjudice qu'il réclamait, soit un euro définitif.

Mustafa S. a refusé de comparaître pour cette audience consacrée au jugement et ne s'était pas déplacé pour entendre le prononcé de sa peine.