Belgique

Quelques mois avant le triple homicide de Moere et l'assassinat de Mont-Saint-Amand, Alexander D. (25 ans) a également menacé avec un couteau un ami de son ancienne copine Maïlys. 

La section brugeoise du parquet de Flandre-Occidentale confirme vendredi que cet acte avait fait l'objet d'un signalement, mais n'a pas donné plus de détails. Cet élément sera rajouté comme information au dossier déjà constitué. Le 25 juillet dernier, Alexander D., un habitant de Varsenare, s'est rendu en fin de journée chez son ex-amie Maïlys, 18 ans, à Moere. Il a tué la jeune fille, ainsi que les grands-parents de celle-ci, à coups de couteau. Le suspect a pu être appréhendé par hasard le lendemain du crime dans un supermarché à Ostende. L'individu est depuis également suspecté de l'assassinat d'un homme de 39 ans à Mont-Saint-Amand. Il est en aveux sur tous les faits.

Maïlys a été harcelée par Alexander D. au cours des mois qui ont précédé les assassinats. Fin avril, le suspect aurait menacé un Brugeois de 24 ans d'un couteau parce que ce dernier aurait offert le gîte à son ex-amie. Le Brugeois dit avoir aussi reçu un coup.

La section brugeoise du parquet de Flandre-Occidentale confirme que Thomas V. a signalé cet incident à la police. Cet élément, à l'instar des plaintes de Maïlys et de ses parents, n'a pas été transmis au parquet avant les assassinats. "L'élément rapporté par V. sera ajouté pour information au dossier, de façon à ce que le juge d'instruction puisse en prendre connaissance", indique la procureure Céline D'Havé. Ce qui signifie donc que les menaces ne seront en principe pas traitées de concert avec les assassinats. Alexander D. devrait donc comparaître pour les faits commis à l'encontre de Thomas V. à un autre moment.

La famille des victimes s'en est, rapidement après les faits, pris à l'attitude de la police locale qui se serait, selon elle, montrée trop laxiste vis-à-vis des menaces incessantes proférées par le suspect. Les parents de Maïlys ont affirmé au Laatste Nieuws qu'ils porteraient l'affaire devant le Comité P.