L'avenir de 175.000 jeunes est compromis

Publié le - Mis à jour le

Belgique

Les conditions de vie précaire entraînent un non-respect des droits fondamentaux

BRUXELLES En Belgique, 14,8% des jeunes de 16 à 24 ans vivent sous le seuil de risque de pauvreté, rappelle vendredi le Service de lutte contre la pauvreté, la précarité et l'exclusion sociale, à l'occasion de la Journée internationale de la Jeunesse qui a lieu dimanche.

Les conditions de vie précaire entraînent un non-respect des droits fondamentaux. "En Belgique, le non-respect de droits tels que le droit à la protection de la vie familiale, le droit à l'éducation ainsi que le droit au travail et à la protection sociale compromet l'avenir des 175.000 jeunes en risque de pauvreté", souligne le Service.

Les jeunes qui font l'objet d'un placement en institution ou en famille d'accueil, sont fragilisés, ce qui compromet "l'exercice des responsabilités familiales, professionnelles et sociales qui incombent aux adultes", rappelle Françoise De Boe, coordinatrice du Service.

Début janvier, le Service a formulé, dans son rapport bisannuel 2010-2011, de nombreuses recommandations pour l'aide à la jeunesse.

Parmi elles, la demande d'un maintien du lien entre l'environnement familial et le jeune placé en institution, ce qui a été entendu par la Direction générale compétente de la Communauté française.

Au niveau de l'enseignement et la formation en alternance pour faciliter la transition entre l'école et le monde du travail, les indices sont positifs de la part de tous les niveaux de pouvoir et il émane un véritable "dynamisme", a indiqué Françoise De Boe, contactée par l'agence BELGA.

Par ailleurs, un monitoring de suivi de ces recommandations est en train de se mettre en place.

© La Dernière Heure 2012

Publicité clickBoxBanner