Belgique L’éolien redémarre en Wallonie, malgré le nombre élevé de recours.

En 2015, 29 éoliennes ont été installées en Wallonie totalisant une puissance supplémentaire de 65 MW (mégawatts) contre 25 MW installés en 2014. Potentiellement, l’éolien wallon atteint une puissance de 1.500 GWh (Gigawatt par heure) annuels en décembre 2015, soit 28 % de la consommation électrique résidentielle de la Wallonie (428.000 logements).

Selon l’association pour la promotion des énergies renouvelable (APERe), on ne dénombre pas moins de 311 éoliennes sur le territoire wallon, soit 708 MW effectifs.

Mais dans le sud du pays, la majorité de la production d’énergie éolienne est détenue par des développeurs privés. En termes de puissance, le secteur privé possède 91,3 % de la production d’électricité grâce à la force du vent.

Des citoyens participent aussi à la production d’électricité, majoritairement sous forme de coopératives. Ils possèdent un total de 47,6 MW, soit 3 % du total. Ensemble, la participation des collectivités locales est de 8,7 % du total des projets en recours, autorisés, en construction et en fonction.

L’éolien participatif connaît un succès de plus en plus marqué. De nos jours, plus aucun projet éolien ne se fait sans que la notion de retour financier à la communauté locale ne soit ouvertement discutée.

Par contre, la Wallonie reste en retrait au niveau de l’énergie "du vent" par rapport au nord du pays; en effet, en cinq ans, la capacité wallonne a gagné 200 MW alors que la Flandre voyait sa capacité croître du double.

L’éolien est un enjeu majeur, tant au niveau politique, environnemental qu’au niveau économique.

Politiquement et écologiquement parlant, la Belgique doit se mettre aux normes européennes. La Commission Européenne a adopté des mesures énergétiques ambitieuses, baptisées Objectifs 3×20, qui visent d’ici à 2020 à produire 20 % de la consommation d’énergie à partir de sources d’énergies renouvelables, réduire les émissions de CO2 de 20 %, et accroître l’efficacité énergétique de 20 %.

Économiquement aussi, cette source d’énergie verte revêt une importance particulière. Selon un rapport de l’Irena (Agence internationale pour les énergies renouvelables), si la filière verte de l’énergie passe de 18 % actuellement, à 36 % de la consommation totale en 2030 aurait un impact considérable sur la qualité de l’air, "Cette transition aboutirait à la création de millions d’emplois, sauverait énormément de vies et permettrait au monde de limiter la hausse de la température à deux degrés, comme le prévoit l’accord de Paris", explique Adnan Amin, directeur de l’Agence.

© DR

65 éoliennes dans les zonings et le long des autoroutes

Pour Maxime Prévot (cdH), ministre wallon des Voies hydrauliques et des Zones d’activités économiques, à l’avenir, des éoliennes pourront être implantées au cœur même des parcs d’activités économiques. Cette mesure va permettre de diminuer la dépendance énergétique des entreprises et d’accroître l’attractivité de toute la Région."L’impact paysager y est moindre qu’au milieu de villages, l’énergie est produite de manière favorable au climat et cette mesure permettra, à terme, de diminuer la facture énergétique des entreprises qui se grefferaient directement sur l’éolienne. C’est bon pour l’environnement, l’emploi et le développement économique de toute la Région", se réjouit le ministre après l’installation de quatre éoliennes à La Louvière.

D’ici à 2020, un potentiel d’implantation de près de 40 éoliennes dans les zonings a d’ores et déjà été identifié. À ces 40 éoliennes dans les zonings, il faut en ajouter 25 le long des autoroutes wallonnes.

En effet, le ministre vient de faire modifier le code DT (développement territorial) afin de diminuer la distance légale à respecter pour l’installation d’une nouvelle éolienne le long du réseau routier. La distance a été réduite de moitié passant de 150 mètres (la hauteur maximale d’une éolienne) à 75 mètres. "Le risque qu’une éolienne tombe est presque nul selon les récentes analyses que nous avons reçues", précise Audrey Jacquiez, porte-parole du ministre Prévot.