L'offensive flamingante contre la Belgique

B. F. Publié le - Mis à jour le

Belgique

Le président de la Flandre déterre la hache de guerre en insultant les francophones et le Roi !

BRUXELLES Le ministre-président du gouvernement flamand, Yves Leterme, n'a pas attendu la rentrée politique pour déterrer la hache de guerre communautaire.

Dans une interview parue jeudi dans le quotidien français Libération, le président des Flamands insulte les francophones des communes à facilités, estimant qu'ils ne sont pas "en état intellectuel d'apprendre le néerlandais". Dans la foulée, il estime que même le Roi parle mal le flamand !

L'interview a fait l'effet d'une bombe, et même si Leterme nuance quelque peu certaines phrases, ses propos ont ravivé le brûlot communautaire.

Yves Leterme (CD & V) explique envisager sereinement l'indépendance de la Flandre, même si ce n'est pas "à court terme". Lorsque le journaliste français constate que le fossé entre Flamands et francophones ne lui a jamais semblé aussi grand, Yves Leterme a ces propos durs : "Oui, les différences s'amoncellent, le fossé se creuse. Que reste-t-il en commun ? Le Roi, l'équipe de foot, certaines bières...". Et il s'en prend directement au Roi : "Regardez les difficultés des leaders francophones, et même du Roi de ce pays, à parler couramment le néerlandais !". Yves Leterme enfonce le clou, jugeant que "la Belgique n'est pas une valeur en soi".

"Pas en état intellectuel"

Yves Leterme s'en prend fermement aux francophones de la périphérie. Il n'est pas question de toucher à la frontière linguistique, répète-t-il, même s'il reconnaît que "des communes en territoire flamand sont 70 à 80 % francophones". Et de poursuivre : "Au départ, l'idée était que beaucoup de francophones allaient s'adapter à la nouvelle réalité linguistique. Mais, apparemment, les francophones ne sont pas en état intellectuel d'apprendre le néerlandais".

Les réactions ont fusé. En Flandre, le N-VA a applaudi. Côté francophone, Elio Di Rupo (PS) parle de "propos insultants" ou Isabelle Durant (Écolo) d'une attitude proche du Vlaams Belang. Le vice-Premier ministre MR, Didier Reynders, qualifie les déclarations de Leterme d'injurieuses, se demandant comment les sociaux-chrétiens flamands peuvent encore avoir l'ambition de participer à la gestion du gouvernement fédéral après des propos pareils.



© La Dernière Heure 2006
B. F.