Belgique Près d'un produit ou d'un service sur trois ne propose pas encore le double affichage

BRUXELLES Pour 28% de produits ou services proposés au consommateur belge, il n'y a pas encore de double affichage. Et, lorsque les prix sont affichés à la fois en francs et en euros, la conversion est erronée dans 8% des cas, c'est-à-dire que les prix en FB n'ont pas été correctement divisés par 40,3399 et arrondis, comme le stipule la loi, à la deuxième décimale. Sur ces 8% d'erreurs, la moitié sont en faveur du consommateur, l'autre moitié à l'avantage des commerçants ou des prestataires de services.

A moins de cinq mois du jour J, ces chiffres ont de quoi inquiéter. Ils proviennent d'une enquête sur le terrain réalisé durant le mois de juillet par Test Achats. Le magazine de défense des droits des consommateurs a relevé 1.299 prix de produits ou de services proposés au consommateur dans cinq villes du pays: Anvers, Bruxelles, Charleroi, Gand et Liège. D'ici février 2000, Test Achats procédera encore à quatre autres enquêtes de ce type dans les mêmes magasins et institutions visités en juillet.

Si ces résultats sont alarmants, ils diffèrent toutefois d'un secteur à l'autre.

Les banques: OK. Le secteur bancaire applique le double affichage pour tous ses services et produits. Aucune erreur de conversion n'a été constatée

Trains/trams:bus: OK. Le double affichage est de rigueur à la SNCB, De LIJN, STIB, TEC. De même que pour les factures de gaz et d'électricité. Ici aussi, il n'y a aucun erreur de conversion qui a été constatée.

Taxis: pas OK. Les taxis sont autorisés à afficher leurs tarifs en euros depuis le 1erjuillet, à condition de présenter également leurs tarifs en francs. Néanmoins, le magazine des consommateurs n'a pas relevé le moindre tarif en euros. De même, les tarifs des parkings sont quasi exclusivement affichés en francs belges.

Loisirs: pas OK. Le secteur des loisirs, lui non plus, ne s'est pas encore mis à l'heure de l'euro: la plupart des cinémas, piscines, clubs de football et disquaires repris dans l'enquête n'affichent que des prix en francs belges.

Horeca: pas OK. De nombreuses erreurs de conversion ont été relevées dans les cafés et dans les restaurants.

Magasins: OK et pas OK. Dans les supermarchés, le double affichage faisait défaut pour 8% des produits, chiffre qui grimpe à 12% pour les plus petites surfaces. Mais, là où le double affichage franc belge/euro est présent, la conversion est exacte.