Belgique

La désormais ex-présidente du cdH livre ses secrets familiaux et intimes à Paris Match


BRUXELLES Février 1961, un homme heureux tient une future vice-Première ministre dans ses bras : Joëlle Milquet. « Mon père était professeur de français dans le réseau officiel, ma mère enseignait dans le libre. Mes parents aimaient à se détendre du côté de la mer du Nord.

Nous étions une famille très unie. Nous le sommes restés après la mort soudaine de papa. Un cancer foudroyant à 36 ans. Il est parti en trois mois. Je n'avais que 6 ans. Quand on est confronté à un tel drame, on mûrit plus vite. Peut-être n’ai-je pas perçu tout de suite toute la dimension de ce qui se passait.

A 6 ans, ce n’est pas évident de comprendre la nature exacte de la mort. En tous cas, le 14 octobre 1967 a laissé une trace indélébile. Je venais d’entrer en première primaire. Je me souviens de tout. De l’enterrement. D’une sorte de poids qui s’est abattu sur moi… »


L’une des révélations que la désormais ex-présidente du cdH fait à Paris Match dans une incroyable interviews intime…

© La Dernière Heure 2011