Belgique

La commission d'enquête sur le Kazakhgate met la dernière main à son rapport. 

Les commissaires se réuniront dans les jours qui viennent à un rythme soutenu pour mettre sur papier leurs constats et recommandations. Le président Dirk Van der Maelen (sp.a) espérait tenir la réunion finale mercredi prochain en public mais la majorité s'y est opposée. "Je voulais que chacun puisse exprimer publiquement son point de vue au cours des dernières réunions de la commission. Cela ne sera pas possible et c'est doublement regrettable puisque nous menons une enquête sur la façon non transparente dont le parlement belge a voté une loi", a souligné M. Van der Maelen.

"Dès le départ, on savait qu'il fallait dépasser les frontières des partis dans cette enquête. Je constate que certains n'y sont pas arrivés et je le regrette amèrement", a-t-il ajouté.

La majorité a fait remarquer de son côté que la conférence des présidents avait approuvé sans faire de remarque le projet d'agenda de la commission, où il était précisé que les dernières réunions auraient lieu à huis-clos, comme c'est le cas habituellement pour les commissions d'enquête.