Belgique

La Défense renforce ses règles pour l'installation d'éoliennes autour des bases de l'armée de l'air alors que le ministre flamand de l'Energie, Bart Tommelein (Open Vld), veut justement les assouplir. 

Ce qui n'amuse pas beaucoup ce dernier, écrivent mardi De Standaard et Het Nieuwsblad. La Défense a décidé d'interdire totalement l'installation d'éoliennes autour des bases de l'armée de l'air de Coxyde et Florennes, invoquant des raisons de sécurité, alors que des restrictions existaient déjà. "Il est dommage que la Défense reste sur la défensive. Le gouvernement fédéral porte également une responsabilité", réagit, déçu, le ministre flamand de l'Energie, Bart Tommelein. Ces zones seraient en effet intéressantes pour l'énergie éolienne.

Outre l'introduction de règles plus strictes, la Défense demande, selon M. Tommelein, des études complémentaires pour évaluer l'impact du placement d'éoliennes. Ce qui contrarie les plans pour le climat et l'énergie flamands. M. Tommelein compte sur un net rattrapage d'ici 2020 pour atteindre les objectifs européens en termes d'énergie renouvelable. Cet objectif sera plus difficile à atteindre avec ces restrictions supplémentaires.

Le secteur de l'énergie éolienne négocie un assouplissement des normes depuis plus d'un an avec Belgocontrol, chargée du contrôle du trafic aérien, la Défense et le gouvernement flamand. Belgocontrol est prêt à chercher des solutions mais la Défense est plus réservée, écrivent De Standaard et Het Nieuwsblad. Son ministre de tutelle, Steven Vandeput (N-VA), se dit conscient de l'importance de l'énergie éolienne mais il défend tout de même les mesures prises par la Défense. "Les normes pour les éoliennes évoluent ainsi que leur impact sur la communication, la navigation et la surveillance. Elles influent sur la sécurité aérienne. Il ne faut pas oublier qu'un pilote d'un F-16 ne peut voir tourner les ailes d'une éolienne en raison de sa vitesse", souligne-t-il.