Belgique

Le syndicat socialiste FGTB soutient la grève de la CGSP prévue le 10 octobre dans les services publics, mais n'appelle pas à étendre la journée d'action au secteur privé. Après une réunion du comité fédéral mardi, le syndicat indique ne pas déposer, pour l'instant, de préavis de grève générale. Si l'analyse de la politique du gouvernement Michel, et plus particulièrement des mesures prises dans le cadre de l'accord d'été, fait dire au syndicat que "la politique antisociale passe à la vitesse supérieure", la FGTB n'entend pas, dans l'immédiat, mener une journée de grève ou de manifestation nationale.

"La FGTB poursuit son combat contre les inégalités sociales et augmentera la pression sur le gouvernement par des actions ciblées, en priorité dans le cadre du front commun syndical", se contente d'indiquer le syndicat socialiste. Il continuera à sensibiliser l'opinion publique "sur les conséquences sociales de la politique du gouvernement Michel et sur les alternatives qui s'imposent de plus en plus".

La FGTB dénonce dans l'accord d'été "une nouvelle attaque contre la protection sociale et les pensions, un financement de la sécurité sociale miné, une absence de justice fiscale, une flexibilisation plus poussée du travail, ..."

Par des actions ciblées, le syndicat socialiste entend défendre les thèmes des services publics, des pensions, de la protection sociale, d'une fiscalité juste et du pouvoir d'achat. Le syndicat veut, dans la mesure du possible, mener ses actions avec les deux autres syndicats nationaux.

La FGTB exprime aussi sa solidarité avec l'initiative de la CGSP d'organiser une journée d'action dans les services publics le 10 octobre prochain, elle n'a cependant pas déposé de préavis de grève pour étendre le mouvement.