Belgique

Le gouvernement traine pour détruire les armes qui ont été confisquées, constate la N-VA qui propose que les marchands d'armes se chargent eux-mêmes de détruire les appareils illégaux, selon le député Koenraad Degroote cité par De Tijd vendredi. 

"Il y a encore des centaines d'armes illégales ou confisquées qui trainent dans les greffes", déplore Koenraad Degroote, député de la N-VA.

Il pointe le banc d'épreuves des armes à feu de Liège, qui ne compte qu'une vingtaine d'employés à même de neutraliser et détruire les armes, et qui doit faire face à un retard conséquent.

Alors que des armes sont en permanence présentes dans cet organisme, il importe pourtant selon le député de les détruire au plus vite et de les mettre hors de circulation avant que certains aient l'idée d'en faire mauvais usage.

Son parti a préparé une proposition de loi pour faire face à la problématique, contrer les abus et réformer le système. L'idée est de permettre aux marchands d'armes de neutraliser et détruire les armes en question.