Belgique

Un procédé pour piéger plus vite les gangsters testé sur un véhicule de police !

BRUXELLES Depuis dix jours, la police belge teste une technologie qui permettra à terme de transmettre en live aux véhicules de patrouille des images des auteurs présumés d’un hold-up en cours , alors même que les suspects pourraient se trouver toujours à l’intérieur du commerce qu’ils attaquent.

Appelé TéléPolice Vision Mobile, le procédé est testé à titre d’essai en Région bruxelloise sur un premier véhicule de la zone de police BruNo (Evere, Saint-Josse, Schaerbeek), confirme le commissaire Roland Thiebault.

En outre, le système pourra recevoir d’autres applications, comme la transmission instantanée aux patrouilles de photos d’enfants égarés.

Dès 2012, la police belge n’arrivera plus comme les carabiniers d’Offenbach. Depuis toujours, des générations de policiers intervenant sur les lieux d’un vol à main armée ont dû se contenter d’une description imprécise, souvent transmise par des radios inaudibles, des suspects à rechercher.

Grâce au nouveau procédé, les patrouilles d’intervention recevront les photos des suspects avant d’arriver sur les lieux, alors que les suspects pourraient n’avoir pas encore quitté ceux-ci.

Le commissaire Frank Dauchy, en charge du projet, y voit un redoutable gain d’efficacité. À peu de frais : les véhicules étant déjà équipés du MDT (mobile data terminal) disposent en effet d’un terminal de bord avec écran sur lequel le TéléPolice Vision Mobile peut s’adapter moyennant l’installation d’un simple logiciel. Une firme de Tubize commercialise pour la Belgique cette technologie américaine mise au point dans le Delaware par FTW Group Corp.

En Régions wallonne et bruxelloise, plus de 1.500 commerces sont équipés du TéléPolice Vision, dont plusieurs dizaines à Schaerbeek.

En cas d’alerte , les images de l’agression en cours parviennent en live au commissariat. Au dispatching, l’opérateur sélectionne les photos exploitables des auteurs présumés et les transfère aux véhicules d’intervention où les images parviennent sur l’écran de bord (des écrans 7 pouces) sans qu’il soit nécessaire pour les policiers de procéder à la moindre manipulation.

Les policiers ne sont pas encore sur place : ils obtiennent déjà des photos de qualité des auteurs à rechercher, vêtements, etc., de façon bien plus parlante que le classique “1m80, cheveux foncés, jeans et veste sombre” comme ils ont dû s’en contenter pendant plusieurs dizaines d’années.

Le commissaire Dauchy qualifie les essais en cours de “concluants”. Il reste “des réglages” mais le procédé sera opérationnel “dès début 2012”.

Toutes les zones de police pourront alors en bénéficier.

© La Dernière Heure 2011