Belgique

Elle est sortie hier du CHU de Liège après avoir subi une intervention bénigne sous hypnose

"Cela ne bouleverse pas son agenda"

Solide pour ses 80 ans

Une opération tout à fait bénigne

L'hypnose : uniquement avec la collaboration du patient


LIÈGE Une hospitalisation calme, anonyme, sans caméras, sans photographes, sans même ses concitoyens qui lui apportent des fleurs... Tel était le souhait de la reine Fabiola, hospitalisée ce vendredi au Centre hospitalier universitaire de Liège (CHU).

Son vœu fut exaucé puisque, hormis quelques personnes proches de la famille royale (et quelques médecins, bien sûr), tout le monde ignorait la présence de la Reine à Liège.

À l'accueil du CHU ce dimanche après midi, pas de foule pressante chez le marchand de fleurs. La vendeuse elle-même fut surprise d'apprendre que la Reine se trouvait au CHU... et s'apprêtait déjà à en sortir.

Mêmes échos du côté de la librairie ou de la boulangerie, pas d'activité exceptionnelle ou de rumeurs sur la présence royale.

La reine Fabiola, pourtant, était entrée vendredi dans le courant de l'après-midi selon l'hôpital, qui s'est bien tenu de répandre la nouvelle.

Question : pourquoi à Liège ? Ce n'est nullement l'air principautaire mais bien le savoir-faire local qui explique sa venue. Opérée pour une intervention bénigne à la thyroïde, elle devait néanmoins l'être sous hypnose.

"Ce sont les raisons qui l'ont conduite au CHU" , explique-t-on à l'hôpital, "puisque nous sommes un centre réputé pour ce type d'opération chirurgicale" .

Ce serait sur conseil de ses médecins que la Reine aurait opté pour ce type d'anesthésie plutôt que pour une opération chirurgicale classique.

Selon le CHU toujours , l'opération se serait parfaitement déroulée. "C'était en effet une opération programmée, il n'y avait rien d'alarmant."

Un peu moins de deux jours après avoir intégré le service ad hoc au CHU, la Reine a donc pu regagner ses pénates.

Toujours selon sa volonté, c'est par l'arrière du bâtiment qu'elle est sortie, à l'abri des regards, par la petite porte qui mène directement au parking des médecins.

Il était environ 16 h 30 lorsqu'elle a pénétré dans la camionnette Mercedes qui l'attendait depuis plusieurs heures.



© La Dernière Heure 2009