Belgique

Les affiches publicitaires du site de rencontres Rich meet Beautiful (RmB) incitant les étudiantes à se lier avec des des hommes nantis en recherche de compagnie contre "avantages" va être interdite sur les territoires de la Ville de Bruxelles et de la commune de Watermael-Boitsfort.

"La Ville de Bruxelles va interdire ces publicités, car le bourgmestre ne peut évidemment les tolérer", explique Maïté Van Rampelbergh, porte-parole de Philippe Close. "Aucune autorisation n'a été demandée afin de circuler avec un tel message autour des campus. C'est pourquoi nous allons ordonner à la police d'empêcher cette campagne."

A Watermael-Boitsfort, le bourgmestre Olivier Deleuze a annoncé lundi via sa page Facebook qu'il prendrait un arrêté d'interdiction à l'encontre de cette campagne.

Lundi, un panneau de l'entreprise RmB figurait sur l'avenue Franklin Roosevelt en face de l'amphithéâtre Janson, le plus grand de l'ULB.

A Louvain, les échevines pour l'Egalité des chances et aux Affaires étudiantes ont déjà signifié que cette réclame n'était pas la bienvenue dans la cité universitaire.

Mardi, Nicolas Dassonville, un porte-parole de l'Université libre de Bruxelles, indique que le service juridique de l'institution analyse les différents outils à sa disposition pour mettre un terme à cette campagne "abjecte". Le recteur Yvon Englert s'est adressé aux étudiants pour leur rappeler les actions sociales menées à l'universités pour éviter aux étudiant(e)s de tomber dans la précarité.

L'opération publicitaire, qui vise spécifiquement les étudiantes de 18 à 26 ans, fait déjà l'objet d'une plainte devant le jury d'éthique publicitaire. La secrétaire d'État bruxelloise à l'Égalité des chances Bianca De Baets a annoncé qu'elle comptait déposer plainte auprès du parquet, de la même manière que le syndicat étudiant Unecof.

Selon Nicolas Dassonville, aucun panneau de RmB n'a été aperçu à proximité de l'ULB mardi matin.

La ministre Greoli saisit l'IEFH

La vice-ministre-présidente wallonne, en charge de l'Egalité des chances, Alda Greoli, annonce mardi avoir interpellé l'Institut pour l'Egalité des femmes et des hommes au sujet de la campagne publicitaire actuellement menée par le site de rencontres Rich meet Beautiful (RmB). "Cette campagne est une incitation à peine voilée à la prostitution et au racolage, d'autant plus choquante qu'elle est sexiste et cible un public plus vulnérable en raison de son âge et d'éventuelles difficultés financières", tance la ministre. L'entreprise propose de mettre en relation des jeunes femmes avec des hommes nantis en recherche de compagnie contre des "avantages". RmB promet des "protégées impatientes" qui offriront "respect et admiration" à leur mentor. Le site permet à ses clients de choisir leur "sugarbaby" selon plusieurs critères, dont notamment l'origine ethnique.

Le site a lancé lundi une campagne promotionnelle s'adressant directement aux étudiantes de 18 à 26 ans, en se focalisant sur les campus de la capitale. EmB a indiqué vouloir étendre ces publicités au reste du pays prochainement.

Mme Greoli rappelle que la prostitution est considérée comme une forme de violence et que la lutte contre le sexisme et les stéréotypes fait partie des priorités des autorités. Elle salue les décisions prises à Bruxelles contre cette opération médiatique et invite les pouvoirs locaux et établissements d'enseignement à la plus grande vigilance.