Lambertz : "Un pas important vers la Belgique à quatre"

Publié le - Mis à jour le

Belgique

De manière générale, le ministre-président de la Communauté germanophone s'est dit très satisfait de la note d'Elio Di Rupo

EUPEN La note proposée par Elio Di Rupo est un document précis et équilibré qui pourrait constituer un point de départ pour négocier la constitution d'un gouvernement, mais elle n'est pas l'ultime étape vers le modèle de Belgique à quatre que défend la Communauté germanophone, a affirmé mercredi Karl-Heinz Lambertz, ministre-président de la Communauté germanophone.

De manière générale, Karl-Heinz Lambertz s'est dit très satisfait de la note d'Elio Di Rupo.

"Il s'agit du premier document contenant les deux aspects de la problématique: un préalable de l'accord-cadre de la réforme de l'Etat et des perspectives de politique générale", a commenté Karl-Heinz Lambertz, interrogé par l'agence Belga.

En ce qui concerne la Communauté germanophone, le ministre-président a estimé que la note du formateur constituait "un pas important, mais non final, vers une Belgique à quatre pour laquelle nous plaidons".

Il a souligné que dans de nombreux domaines, les entités fédérées, particulièrement les Régions, seraient renforcées. Ce sera aussi le cas de la Communauté germanophone qui conservera pour le surplus des compétences que les autres Communautés verront transférées aux Régions. Comme la Région bruxelloise, elle disposera de l'autonomie constitutive.

C'est notamment le cas pour la part de compétence de la Communauté gremanophone en matière d'emploi qu'elle conserverait.

Comme les autres Communautés, elle verrait aussi ses compétences étendues en matière de gestion des allocations familiales et de naissance, des maisons de repos et de la santé mentale.

La taxe billets d'avion "aura un impact négatif" sur le secteur du voyage


La taxe que le formateur Elio Di Rupo propose d'imposer sur les billets d'avion en première classe et en classe affaires "est une mauvaise nouvelle pour tout le secteur du voyage", a réagi mercredi BATM, la Belgian Association of Travel Management.

"Ces taxes supplémentaires vont modifier la structure des coûts. Les entreprises vont autoriser encore moins de voyages d'affaires, d'autant plus qu'elles sont confrontées à une réduction générale de leurs budgets.

S'ensuivra une réaction en chaîne: les compagnies aériennes seront touchées les premières par cette mesure, vu que les billets de classe affaires sont leur principale source de revenus. Parallèlement, les agences de voyage d'affaires seront confrontées à une demande en baisse. C'est ensuite le reste du secteur qui sera touché", estime Pascal Struyve, président de BATM, dans un communiqué.

Le secteur du voyage est actuellement déjà sous pression en raison de l'augmentation du prix des carburants et de la réduction des budgets à la suite de la crise financière, rappelle BATM. "Etant donné les nombreuses taxes qui pèsent déjà sur le secteur - comme les taxes élevées des aéroports et les surtaxes sur les carburants - un prélèvement supplémentaire aura d'importantes conséquences", avertit l'association.

© La Dernière Heure 2011

Publicité clickBoxBanner