Belgique

La chanteuse Lara Fabian, le tennisman David Goffin, le ministre d'État Philippe Maystadt et les époux Duesberg (arts) ont été faits jeudi commandeurs du Mérite wallon, rang suprême de cette décoration remise chaque année depuis 2011 par le gouvernement wallon.

Lara Fabian, née à Etterbeek sous le nom de Lara Crokaert, a été retenue pour sa carrière internationale et "des racines toujours ancrées au cœur de l'Europe". Le gouvernement wallon souligne son rayonnement de part et d'autre de l'Atlantique.

Le tennisman David Goffin, quant à lui, a connu l'une des plus belles saisons de sa carrière, qui l'a vu battre les n° 1 et 2 mondiaux Rafael Nadal et Roger Federer, participer aux finales des Masters et de la Coupe Davis (avec Steve Darcis, qui est fait officier du Mérite wallon) et s'installer dans le top-10 mondial. Le Monégasque originaire de Rocourt était déjà officier du Mérite wallon.

Le gouvernement a aussi distingué à titre posthume le ministre d'État Philippe Maystadt, décédé la semaine dernière.

Il a également élevé au rang de commandeurs les époux François et Betty Duesberg, collectionneurs d'oeuvres d'art depuis 1964, à la base du musée des arts décoratifs de Mons qui comptabilise six étoiles au guide Michelin.

Au total, la cérémonie a distingué quinze récipiendaires, parmi lesquels la footballeuse Aline Zeler (Chevalier), le chanteur baryton Lionel Lhote (Chevalier), l'évêque de Tournai, Mgr Guy Harpigny (Officier), l'animatrice-artiste dans le secteur hospitalier Poupée Borreman (Chevalier), l'humoriste Virginie Hocq (Officier), le patron de Spadel Marc du Bois (Officier), la chercheuse scientifique dans la lutte anti-cancer Anabelle Decottignies (Officier) ainsi que le graphiste Geoffrey Coppin (Chevalier), oscarisé pour le film Le Livre de la Jungle.

Des médailles ont été remises à Maxime Evrard, un jeune de Martelange qui a sauvé un père de famille de l'incendie de sa voiture accidentée en janvier dernier, et à la journaliste Justine Katz (RTBF), "pour son travail méticuleux et de qualité" dans la couverture de l'actualité terroriste, "sans jamais sombrer dans l'émotionnel".