Belgique

Le cdH a demandé jeudi par voie de communiqué, quelques heures avant son examen en séance plénière de la Chambre, que la majorité procède au report du projet de loi spéciale permettant le vote des Belges de l'étranger aux élections régionales. 

Il demande un "dialogue constructif" dépassant les clivages majorité opposition. En l'état, le projet ne dispose pas des majorités requises pour être voté. Le MR fulmine. "Il s'agit d'un sabotage parlementaire alors que nous avions une opportunité historique de veiller aux droits des Wallons, des Bruxellois et des Flamands de l'étranger", rage le chef de groupe réformateur Denis Ducarme qui attend de la cheffe de groupe centriste qu'elle prenne ses responsabilités.

Le projet de loi a été adopté en commission avec une majorité confortable. En séance plénière, le projet doit passer aux deux tiers et avec une majorité simple dans chaque groupe linguistique. Le MR comptait sur le cdH après avoir obtenu l'appui d'Ecolo en commission.

"Nous avions proposé depuis deux semaines d'ouvrir le texte via des amendements alors que le PS et le cdH étaient aux abonnés absents en commission. Le cdH nous ferme la porte au nez à deux heures du vote, je suis stupéfait", poursuit Denis Ducarme.

Historiquement, le PS n'a jamais été particulièrement favorable à une extension du droit des Belges de l'étranger qui lui est peu favorable (ce vote existe pour les élections fédérales). Il a cependant proposé jeudi dans un communiqué d'organiser via le vote des Belges à l'étranger l'élection d'un représentant par assemblée (un député néerlandophone et un député francophone à la Chambre et un parlementaire 'Belges de l'étranger' dans les autres assemblées). Le cdH a suggéré la même proposition.