Belgique

Il s'est fait enregistrer par un étudiant et a tenu un discours négationniste


FN: L'appel de Charles Petitjean


BRUXELLES Le Mouvement contre le racisme, l'antisémitisme et la xénophobie (Mrax) a décidé d'engager des procédures à l'encontre de Michel Delacroix, président démissionnaire du FN et sénateur, ainsi que contre le député fédéral Patrick Cocriamont, proche pour sa part du fondateur du parti extrémiste, Daniel Féret, écrit vendredi Le Soir.

Pour Michel Delacroix, le Mrax a déposé une plainte sur la base de la loi Moureaux (1981) et celle sur le négationnisme (1995) après la révélation de la vidéo antisémite du sénateur. "M. Delacroix est aussi avocat. Il est soumis à une déontologie spécifique basée sur la dignité et l'honneur. Celle-ci s'applique dans le champ professionnel et extraprofessionnel, en public et en privé", note le président du Mrax, Radouane Bouhlal.

Le Mouvement a dès lors saisi le bâtonnier du barreau de Bruxelles afin que Me Delacroix comparaisse devant le Conseil de discipline et écope d'une sanction.
Par ailleurs, le Mrax a également réagi aux propos du député fédéral Patrick Cocriamont lors d'un enregistrement audio réalisé en mai 2007 par Thierry Huart-Eeckhoudt, étudiant à l'ULB et auteur du livre "Un an au Front national".

Le député FN y déclarait notamment être "révisionniste". "Les chambres à gaz dans les camps de concentration n'ont pas existé (...) Tu vas partout à Anderlecht, dans tous les nouveaux buildings, tu vois que ça! Tu vois des noms qui sont juifs. Et tu vas me dire qu'on en a exterminé 6 millions ? On n'aurait pas su", avait entre autres martelé le député.

Le Mrax a porté l'affaire devant le procureur du Roi de Bruxelles, Bruno Bulthé, pour "faits de négationnisme et incitation à la haine raciste". "Il s'agit de propos tout aussi graves que ceux tenus par M. Delacroix. Prouvant, en outre, qu'il n'y a pas de FN 'officiel' et de FN 'réformateur'. Ils sont dans le même panier!", constate le président du Mrax

© La Dernière Heure 2008