Le gouverneur de la BNB touche des jetons de présence en plus de ses 500.000 euros

Belga Publié le - Mis à jour le

Belgique

Le gouverneur de la Banque nationale de Belgique (BNB), Luc Coene, perçoit, en plus de sa rémunération de 500.000 euros, des jetons de présence dont le montant n'est pas connu, un "manque total de transparence" dénoncé mercredi par le président de la Commission des Finances Georges Gilkinet qui y voit une atteinte aux principes de la "coporate governance". "C'est d'autant plus piquant lorsqu'on lit les déclarations du gouverneur lui-même concernant les conquêtes sociales dont bénéficient les travailleurs en Belgique et qu'il souhaite voir remises en cause", selon le député Ecolo. Luc Coene met régulièrement en garde face aux problèmes de compétitivité que connaît la Belgique, demandant de réformer l'indexation et certains droits acquis en matière de pension.

Le gouverneur de la BNB perçoit depuis 2011 des jetons de présence liés à sa fonction d'administrateur auprès de la Banque des règlements internationaux (BRI). Auparavant, ces jetons de présence étaient rétrocédés à la Banque nationale. Mais "le niveau de ces jetons ne doit pas être publié dans le rapport annuel de la Banque étant donné que ce n'est pas cette dernière qui les paie", a indiqué mercredi le ministre des Finances Koen Geens interrogé par M. Gilkinet. Et "la Banque des règlements internationaux ne communique pas non plus cette information", a précisé le ministre.

Les jetons de présence sont versés depuis 2011 à M. Coene en remplacement d'une indemnité de logement dont bénéficiait avant cela le gouverneur. Le montant des jetons est moins élevé que l'ancienne indemnité, a assuré le ministre.

Cette indemnité de logement datait de 1971 lorsqu'il a été décidé de supprimer la rémunération pour frais de logement et d'ameublement du gouverneur, obligé de résider à Bruxelles pour des raisons de proximité.

Outre son salaire, le gouverneur et les membres du comité de direction de la BNB bénéficient également, comme c'est le cas dans le secteur financier, d'une pension complémentaire. Selon le rapport 2012 de la BNB, les contributions de l'employeur s'élevaient à 1,3 million d'euros pour les contrats individualisés et le fonds de financement non individualisé. Le montant total des pensions légale et extralégale est toutefois plafonné.

"Comparé à "madame et monsieur Tout-le-monde", tout cela est bien confortable, a jugé Georges Gilkinet. "Cela relève du discours 'Faites ce que je dis mais pas ce que je fais', c'est choquant".

Le gouvernement a pris la décision politique de prolonger légalement le mandat de M. Coene jusqu'à la fin de l'année, alors qu'il atteindra la limite d'âge de 67 ans au mois de mars.

"A cet égard, les décisions concrètes et formelles doivent encore être prises", a toutefois tempéré Koen Geens.

Publicité clickBoxBanner