Belgique

Les demandes ont explosé, surtout depuis l'augmentation de l'immobilier

BRUXELLES Balayez vos préjugés. Le viager ne concerne pas de petites gens intéressées par de petites affaires. Que du contraire. Témoins: Charles de Gaulle a acheté la Boisserie, sa désormais célèbre propriété de Colombey-les-Deux-Eglises en viager. Une sacrée affaire puisque la propriétaire décédait deux ans après la signature du contrat...

Un exemple qu'a suivi un autre ancien président de la République française. Valéry Giscard d'Estaing a en effet acquis le château de sa tante en viager. De là à supputer qu'il ait insidieusement mis du poison dans la soupe de tantine... Restons calme. S'il y a bien un facteur qu'il faut éviter de prendre en compte dans ce type de dossier, c'est bien la santé du vendeur...

Si le marché reste confidentiel en Belgique, il rencontre un sacré succès depuis maintenant deux ans. Succès bien évidemment lié à la hausse infernale des prix de l'immobilier. Viagerim, société sanpétrusienne présente dans le secteur depuis plus de 25 ans, reçoit ainsi 200 coups de fil par jour - contre une centaine il y a deux ans - pour un fonds de caisse d'à peine 80 dossiers sur toute la Belgique! Pour Mme Jacobs, responsable de Viagerim, c'est surtout par manque d'information que les personnes âgées ne se tournent pas vers le viager.

La hausse de l'immobilier a provoqué une autre évolution. «La majeure partie des candidats à l'achat en viager sont aujourd'hui des couples dépassant la quarantaine et désirant acquérir un bien pour leurs enfants. Ils font un investissement, tout simplement», note Mme Jacobs.

Quant à la rentabilité de l'opération, elle semble indéniable. En général, un contrat en viager s'établit sur quinze ans, parfois 10 et 20. En pratique, ces contrats sont clôturés au bout de 8 ans -en moyenne- pour cause de décès.

Sur ses 25 ans d'expérience, Viagerim a connu quelques cas extrêmes. Sa plus longue vente en viager a duré 18 ans. Sa plus courte... un mois! «Cette histoire est arrivée en mai dernier. L'acquéreur a payé le bouquet (une somme de départ fixée dans le contrat, NdlR) et... une seule rente.» La maison coûtait 80.000 euros.

© La Dernière Heure 2005