Belgique Wiet Bruurs, producteur et réalisateur de Qui sera millionnaire? pour RTL-TVi: `Ce n'est pas un jeu, c'est un thriller!´

BRUXELLES Selon la petite histoire, le désormais richissime Paul Smith, directeur de la maison de production britannique Celador, aurait hypothéqué le toit familial pour que sa question retentisse dans toutes les chaumières: Who wants to be a millionaire? Bingo! Son jeu télévisé s'arrache aujourd'hui dans une trentaine de pays. Racheté pour l'Europe continentale par la société Endemol (laquelle se prépare à abreuver Kanaal 2 du voyeuriste Big Brother), le concept débarque ce soir à 20 h 05 dans les lucarnes de RTL-TVi (après VTM et TF 1). A la présentation, Alain Simons. A la réalisation et la production, Wiet Bruurs. Entretien.

Quelle est l'étendue de votre rôle dans cette émission très codifiée?
`La chaîne a désigné un producteur qui puisse contrôler à chaque niveau que le jeu correspond bien à son image. Car la maison de production à qui nous achetons fournit tout, excepté le présentateur bien sûr. Le boulot de réalisateur, lui, est en principe créatif (il signe aussi Stars ce soir, ndlr ). Mais ici, nous sommes limités par une bible de 360 à 380 pages qui décrit la manière dont tout doit se dérouler. Par rapport aux autres pays, on se permettra différents mouvements de grue sur le plateau et des changements en termes d'éclairages. Comme VTM, on utilisera aussi six caméras au lieu de neuf, puisqu'on enregistre dans leur studio. Mais nous avons dû envoyer une copie de notre émission zéro à Celador pour qu'ils approuvent nos nouvelles idées.´

L'équipe qui travaille dans l'ombre compte combien de personnes?
`Soixante dans l'équipe technique et de production, parfois quatre-vingts. Rien que pour manipuler la grue du studio, on a besoin de cinq personnes. C'est une machine énorme et hyper bien huilée à gérer. Certaines phrases-clés de l'animateur déclenchent tout un processus. Par exemple: Est-ce votre dernier mot? , repris dans tous les pays, ou Entamons la partie , qui sera un signal chez nous. Celui qui indique qu'il faut lancer l'ordinateur pour qu'apparaissent les questions, qu'un tel jingle doit partir... C'est une chorégraphie: tout bouge sur le plateau.´

Qui élabore les questions?
`On reprend environ 60% des questions rédigées pour l'ensemble des pays. Le reste est fait en Belgique. Il existe des agences spécialisées qui fournissent ce type de choses pour des jeux télé. Mais ici les enjeux sont trop importants: on ne peut pas prendre des risques de fuites. Il y a donc huit personnes indépendantes, qui ne se connaissent pas, à qui on demande des questions dans un domaine plus spécialement lié à la culture du sud de la Belgique: RTL-TVi, la géographie Elles envoient leur liste, avec trois sources confirmant la réponse, à un rédacteur final. Celui-ci vérifie. Et chez nous, on vérifie à nouveau. Au moindre doute quant à une solution, on élimine la question.´

Comment établissez-vous le degré de difficulté?
`J'estime que sur RTL-TVi, on aura un même degré de difficulté que sur VTM, en Allemagne et en Angleterre. En France, sur TF 1, j'ai le sentiment que les questions de 1 à 5 étaient plus faciles. C'était sans doute voulu, pour permettre aux enfants de jouer, vu leur diffusion à 19 heures. Nous, nous nous adressons à un public adulte, à 20 heures.´

A quoi est lié le succès de l'émission à l'étranger, à votre avis?
`Beaucoup d'éléments interviennent. Tout le monde peut jouer. Il y a énormément d'argent à la clé. Quand on arrive à un certain niveau, cela devient très sérieux. Et le suspense est grand. Un vrai thriller! Enfin, tout est très bien emballé avec les musiques, les lumières, les mouvements de grue...´

RTL-TVi distribue les gains

Le contenu ne prime plus

Les droits d'un succès