Belgique

Le ministre des Pensions, Daniel Bacquelaine, a rencontré mercredi les représentants syndicaux des militaires pour discuter de la réforme de leur régime spécial de pension, indique-t-il dans un communiqué. 

Dans les mesures d'économie contenues dans son budget, le gouvernement fédéral a décidé de relever progressivement l'âge de la pension de 56 à 63 ans pour les militaires, ce qui a provoqué la colère des syndicats. Edwin Lauwereins, président du SLFP Défense, considère que la réunion s'est "bien passée" mais qu'il n'en est sorti "rien de concret". "J'ai souhaité rencontrer les représentants des militaires pour entamer avec eux un dialogue constructif (...)", signale Daniel Bacquelaine. Lors de l'établissement de son budget, le gouvernement fédéral a décidé de supprimer les régimes spéciaux de retraite dans le secteur public, soit ceux en vigueur pour les militaires et au sein de la SNCB.

La retraite d'office à 56 ans sera supprimée, souligne le communiqué du ministre, "ce qui implique la liberté de poursuivre sa carrière professionnelle lorsqu'on a atteint l'âge de la retraite" et les conditions d'âge et de carrière pour partir à la retraite seront relevées progressivement.

"Vu la spécificité du métier de militaire, cette réforme ne peut être dissociée de celle visant à prendre en compte la pénibilité dans la détermination des droits de pension. Les partenaires sociaux y seront largement associés dans le cadre du Comité national des pensions sur le dossier de pénibilité".

Edwin Lauwereins, président du SLFP Défense, considère que la réunion s'est "bien passée" mais que les militaires "restent dans le flou". "Il y a encore beaucoup de choses à négocier", ajoute-t-il. "Et le peu que nous savons nous pose beaucoup de problèmes".

Le communiqué commun des quatre organisations représentatives des militaires (CGPM, CGSP, CSC et SLFP) souligne également ce manque de clarté. "Cette rencontre a malheureusement confirmé ce que nous craignions. La Défense n'est ni entendue, ni reconnue avec une série de mesures aveugles (prises) au détriment de l'action militaire".

Edwin Lauwereins déplore que la réforme ait été imposée sans concertation préalable. "La pilule reste dure à avaler, beaucoup de militaires se tracassent", ajoute-t-il.

Le communiqué du front commun syndical souligne encore qu'à sa grande surprise, il a "entendu dire que le ministre de la Défense avait négligé de défendre les militaires lors des précédentes réunions du Comité national des Pensions. Il est clair que nous devons donner un signal clair et fort aux politiques le 15 novembre" prochain, date à laquelle les militaires manifesteront.