Belgique L’homme fort de Nethys est attendu en chambre du conseil le 7 décembre.

Le temps est manifestement à l’orage pour Stéphane Moreau… Empêtré dans le scandale Publifin, cible de plusieurs politiques qui voudraient le dégommer de Nethys, voilà que la justice liégeoise sort du bois concernant un des dossiers à charge de l’ancien bourgmestre socialiste d’Ans.

En effet, voici quelques semaines, le parquet général de Liège, qui a en charge tous les dossiers judiciaires dans lesquels Stéphane Moreau est cité, vient de tracer son réquisitoire dans le dossier Ogeo Fund.

Et le magistrat en charge du dossier n’y va pas par quatre chemins. Pour Paul Catrice, Stéphane Moreau doit être renvoyé en correctionnelle. Les faits reprochés à l’homme fort de Nethys sont triples.

D’abord, il est question de faux concernant un luxueux et onéreux voyage à Abu Dhabi, en novembre 2013. À cette période de l’année, l’endroit est fort prisé pour cause de Grand Prix de F1. Pour y aller, qui plus est gratuitement, plusieurs cadres d’Ogeo sont accusés d’avoir constitué des faux. En fait, une délégation liégeoise a bel et bien été invitée par la banque suisse UBS, Sponsor de l’événement et dont Ogeo est un gros client.

Il faut dire que le fonds gère, entre autres, les pensions des employés de Publifin et de trois intercommunales liégeoises (CILE, AIDE, IILE-SRI). En 2015, il gérait ainsi plus de 1,1 milliard, dont 725 millions investis en titres financiers, entre autres, chez UBS.

Bref, pour le voyage à Abu Dhabi, la banque suisse prend en charge les frais d’hôtel, les restaurants et dorlote ses clients sur place. Le seul problème, c’est que les invités doivent, eux, s’acquitter des frais d’avion. En business class, il y en a quand même pour un peu plus de 10.000 euros…

Même si l’invitation est d’ordre privé, Stéphane Moreau, malgré son imposant salaire, n’a pas envie de délier les cordons de la bourse. Une demande est alors introduite chez UBS de mettre sur pied un faux programme de rencontres, histoire de faire passer ce déplacement privé pour un séminaire professionnel et de faire supporter les frais de voyage à Ogeo Fund.

Finalement, l’affaire ayant été éventée par des perquisitions menées chez UBS, les billets d’avion seront payés par une société de management, Bema Conseil, société appartenant à Marc Beyens qui, à l’époque, était également directeur d’Ogeo Fund et du voyage oriental. L’homme a, depuis, quitté l’entreprise pour se retrouver, à l’époque, au conseil d’administration de Nethys…

La deuxième face du dossier est née des perquisitions menées dans le cadre de la première enquête. En effet, les policiers avaient trouvé des documents attestant que des lignes de crédits avaient été ouvertes par Ogeo auprès d’UBS, alors que la loi prévoit que ces emprunts ne sont légaux que lorsque l’argent ainsi prêté est injecté chez le bénéficiaire pour pallier à un manque temporaire de liquidités.

Signalons que le troisième axe du dossier ne concerne pas Stéphane Moreau mais bien MM. Beyens, Lejeune et Valkeners (ces deux derniers étant les actuels patrons du fonds de pension de Nethys) pour avoir localisé des bénéfices ou des pertes dans une filiale détenue intégralement par Ogeo plutôt que dans Ogeo.

L’audience en chambre du conseil, qui vise, entre autres, Stéphane Moreau et Marc Beyens, est prévue le 7 décembre prochain à 9 h.