Belgique

Pour bien comprendre le ressenti négatif de 86 % des usagers de la SNCB interrogés par les associations d'usagers du rail, nous avons donné la parole à Sergio, utilisateur quotidien du réseau ferroviaire belge.

Temps de parcours allongé, correspondances mal prévues, ponctualité, occupation des trains… Sur 6.927 avis collectés par les associations d’usagers du rail - Navetteurs au sud, TreinTramBus au nord du pays - 86 % sont négatifs, à l’issue du premier mois d’application du plan de transport version 2014.

L'occasion de voir avec un usager quotidien des soucis les plus pénalisants sur le réseau. Sergio (48 ans)  travaille depuis des années dans le quartier du Cinquantenaire à Bruxelles. Il a expliqué à la DH son cauchemar quotidien. 

Partagez-vous le ressenti négatif des 86 % des usagers interrogés par apport au plan de transport ferroviaire appliqué depuis le 1er janvier ?

"Je suis d'accord à 200% avec eux ! La situation n’était déjà pas terrible avant. Elle s'est considérablement aggravée depuis le début de l'année".

Sur votre ligne spécifique empruntée chaque jour de la semaine, quels sont les principaux points négatifs ?

"Ma ligne est celle qui relie Bruxelles-Tournai-Mouscron. La plupart des trains prévus en heures de pointe sont maintenant bondés pour plusieurs raisons très simples à comprendre. D'abord, comme de pus en plus de trains restent à quai pour diverses causes techniques ou autres, on se retrouve régulièrement avec les navetteurs de deux trains dans un seul. Ensuite, vous avez les trains ne disposant pas de leur capacité normale. Ce mardi matin encore, il manquait pas moins de 4 voitures double étage à mon train habituel. La capacité totale en a été réduite de moité ! Enfin, l’offre 'normale' a été réduite au lieu d’être augmentée. Auparavant, de Bruxelles vers Ath entre 17h et 18h, nous bénéficions de 4 trains. Il n’y en a maintenant plus que 3..."

Il y a aussi des soucis de ponctualité...

"Je vais parler de ma propre expérience. C'est celle que je connais le mieux. Ma perception réelle pour les trains d’heure de pointe que je prends, c'est une ponctualité qui frôle les 0%... De 30 à 35% de mes trains arrivent avec 6 minutes de retard. Pour les trains en retard de 5 à 15 minutes, on passe de 35 à 45%. Environ 20% des trains fréquentés ont entre 15 et 30 minutes de retard. Et un retard de plus de 30 minutes concerne de 5 à 10% des trains que j'utilise... Et pourtant, en prenant le train en gare de Ath, je ne suis certainement pas le plus mal lotis du royaume. Que dire des gens qui, sur ma ligne, prennent le train à Enghien ? Ils n’ont que très rarement une place assise depuis le début de l'année. A Halle, il arrive régulièrement que les usagers ne sachent carrément pas monter dedans ! "

Y’a-t-il tout de même quelque chose à sauver dans ce plan de transport ?

"Honnêtement? Tout est à jeter ! Ne croyez-vous pas que lorsque 86% de gens s’en plaignent, c’est le plus bel exemple d’un sérieux fiasco ? Ce plan de transport était censé solutionner, au moins en partie, les problèmes de retards et de trains bondés. Il n’a fait qu’aggraver une situation déjà désastreuse avant son application. Dans mon cas le temps trajet total a été rallongé en moyenne de six à huit minutes. Pourquoi ? Parce que la SNCB a rajouté des arrêts supplémentaires. Et le plus ironique dans cette situation, c'est que cela ne sert même pas les usagers de Halle. Vu que la plupart du temps, quand un train d’heure de pointe matinal en direction de Bruxelles s’arrête à cette gare, il est complètement bondé et plus personne ne sait y entrer..."