Belgique La réponse à cette question aurait été intéressante à obtenir, surtout lorsqu’on sait que la Belgique a longtemps été considérée comme une plaque tournante du trafic d’armes à travers l’Europe. 

"La Belgique peut être considérée comme un possible pays transit mais pas comme plaque tournante" , nous précise-t-on au service presse de la police fédérale avant de nous indiquer qu’on a enregistré en 2016, 217 dossiers de trafic d’armes, contre 297 en 2015. La réponse est, en réalité, assez floue : "Il n’y a pas une vue précise sur le nombre d’armes saisies spécifiquement dans les dossiers de trafic. Des armes sont également saisies dans des dossiers de grand banditisme, de drogue… Il y a souvent des armes dans des dossiers connexes et il n’y a donc pas de dossier type trafic d’armes."

En ce qui concerne les armes actives enregistrées, et donc autorisées, le service presse de la police fédérale ne voit aucun inconvénient à nous communiquer les chiffres suivants : "Environ 781.000 armes actives sont enregistrées." Mais pour ce qui est des armes illégales, on nous répond que le "marché illégal n’est pas recensé. Les armes illégales ne forment pas une catégorie légale distincte" .