Belgique

Les agents pénitentiaires poursuivent leur mouvement de grève à travers les prisons du pays mercredi matin. Ainsi, 36,39% se sont présentés dans les établissements pénitentiaires de Wallonie et seulement 22,03% en Flandre, selon les chiffres de l'administration pénitentiaire. Selon l'administration pénitentiaire, aucun agent ne s'est présenté aux prisons d'Arlon, Forest (Femmes), Ittre, Lantin et Namur. La plupart d'entre elles tournent également avec moins de la moitié du personnel. C'est le cas à Dinant (40,00%), Forest (Hommes) (35,00%), Jamioulx (31,03%), Leuze-en-Hainaut (37,14%), Marche-en-Famenne (44,12%), Mons (34,38%), Saint-Hubert (29,41%) et Tournai (47,83%). Pour le moment, l'administration pénitentiaire note une présence policière à Jamioulx et à Tournai.

Les syndicats du sud du pays se demandaient hier/mardi si le mouvement de grève serait suivi en Flandre. C'est bien le cas avec seulement 22% du personnel qui s'est présenté, selon des estimations communiquées par l'administration pénitentiaire. Les chiffres sont particulièrement bas dans les établissements de Beveren (16,13%), Bruges (14,61%), Gand (13,33%), Hasselt (8,62%), Louvain Central (17,65%), Merksplas (19,05%) et Saint-Gilles (7,69%).

Les actions ont été entamées mardi. Les agents pénitentiaires protestent contre le projet du gouvernement fédéral de service minimum garanti dans les prisons en cas de grève prolongée. Les représentants syndicaux, qui dénoncent "une attaque frontale au droit de grève", rencontreront le ministre de la Justice jeudi à 12h30.