Les assurances pas rassurées

L.L. Publié le - Mis à jour le

Belgique La croissance des revenus du secteur a été ralentie en 2001

BRUXELLES Les compagnies d'assurances ont encaissé 20,8 milliards d'euros de primes en Belgique en 2001, contre 20,05 milliards d'euros en 2000, soit une hausse totale de 4,1%. Une augmentation, certes, mais beaucoup plus faible que les 18,6% de croissance enregistrée en 2000 et les 12,6% en 1999.
A l'instar de tous les secteurs de l'économie, celui des assurances a été touché de plein fouet par les événements du mois de septembre noir. `Dès la mi-septembre, nous avons constaté une rupture dans l'évolution tant de l'encaissement des primes que de la rentabilité´, soulignait ainsi l'Union professionnelle des entreprises d'assurances (UPEA), à l'occasion de la présentation de son bilan d'activité 2001. Quelles sont les principales tendances du secteur?

Assurance vie. L'assurance vie individuelle a réalisé un progrès de 0,4 milliard d'euros en 2002, soit une progression de 4,2% par rapport à 2000. En assurance groupe, l'encaissement a augmenté de 7% et franchit le cap des 3 milliards d'euros. On le constate en examinant le tableau ci-dessous, la branche des assurances-vie comme moyen d'épargne et d'investissement devient de plus en plus importante. En Belgique, deux tiers des revenus des primes découlent du secteur des assurances vie.

Assurance auto. Le secteur des assurances auto a engrangé 2,6 milliards d'euros de primes encaissées (1,7 milliard pour les RC automobiles et 865 millions d'euros pour les véhicules), soit une croissance de 2,8% par rapport à 2000. Si la branche véhicules croit de 4,4%, celle de la RC n'augmente plus guère, ce qui n'est pas sans inquiéter l'UPEA.

Assurance incendie. Ce secteur a progressé de 3,8%. En assurance habitation, la croissance est de 4,1% et en risques spéciaux, l'encaissement a augmenté de 4,6%. Une croissance qui est en partie due à la hausse du montant des primes. L'UPEA constate qu'après les attentats du 11 septembre, les réassureurs ont encore durci les conditions de renouvellement de leurs contrats, tant au plan de la tarification que des couvertures.

IARD (santé, assistance, risque divers). Les encaissements des primes relatives à ce type de croissance ne croissent qu'à raison de 1,6%. Les assurances maladie ont mieux marché avec quelque 593 millions d'euros en encaissement de primes, soit une hausse de 5,1% par rapport à l'année 2000. Les assurances assistance ont enregistré, pour leur part, une croissance de 5,9%, passant de 113 millions d'euros à 120 millions d'euros.

Accidents de travail. Le taux de croissance a à peine dépassé le taux d'inflation.

L.L.