Belgique

Rendez-vous désormais incontournable de la rentrée politique, les 65 candidates au titre de Miss Belgique ont pu découvrir lundi le Parlement fédéral. Après une rapide visite des lieux et la traditionnelle photo souvenir, les belles ont eu droit à un petit cours sur la Belgique donné comme de coutume par Herman De Croo.

Toujours en forme, l'ancien président de la Chambre et ancien ministre leur a livré une histoire non chronologique de la Belgique, débutant de la Première Guerre mondiale ("une situation terrible", a-t-il expliqué) à la fondation d'Autoworld ("par moi-même").

Les miss avaient intérêt à être bien attentives car, lors du prochain tour de sélection mercredi prochain, elles seront interrogées sur la série de chiffres que le libéral flamand leur a cité de mémoire.

Ainsi ont-elles appris lundi que la Belgique est 537 fois plus petite que la Russie, mais que le pays produit 77% des cornets de glace fabriqués dans le monde.

Membre de l'organisation, Luk Coopman estime important que les miss en sachent davantage sur le pays qu'elles vont devoir représenter durant une année.

A l'examen, il reste toutefois bien du pain sur la planche.

Sondées dans les couloirs du Parlement, certaines candidates francophones avançaient sans certitude aucune le nom du Premier ministre.

Impasse totale en revanche sur le nom du secrétaire d'Etat à l'Immigration, pourtant à la Une de tous les journaux ces derniers jours après son tweet sur le "nettoyage" du parc Maximilien.

Heureusement, les progrès sont rapides. Interrogée sur le nom de leur guide du jour, celui-ci semblait bénéficier d'une meilleure notoriété déjà. "Le ministre Herman Déco", s'est avancée l'une d'elles.

© Belga
 
© Belga