Belgique

Les étudiants francophones bénéficieront d'un tarif de minerval réduit dans les universités québécoises dès cet automne, ont annoncé vendredi les deux entités fédérées. L'Entente entre les gouvernements du Québec et de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) sur la mobilité étudiante universitaire, signée en avril dernier, prendra effet dès le 20 août. 

Le délégué général du Québec à Bruxelles, Michel Audet, et le ministre-président de la FWB Rudy Demotte ont profité de l'approche de la fête nationale du Québec, le 24 juin, pour annoncer la date officielle de cet accord, qui offre un régime préférentiel aux étudiants francophones de bachelier et de master, ainsi qu'aux doctorants.

À l'image du système déjà offert aux étudiants français, "ce régime préférentiel (...) illustre toute l'importance que le Québec accorde à sa relation avec cette région du monde", s'est félicité Michel Audet.

Les étudiants francophones ne devront plus débourser que 7.403 dollars canadiens (environ 4.770 euros) pour une inscription dans le premier cycle, contre 15.102 dollars canadiens (9.735 euros) avant l'accord. Le minerval pour les années de master et de doctorat s'élèvera désormais à 2.391 dollars (près de 1.540 euros), alors qu'il atteignait respectivement 15.102 CAD (9.735 euros) pour le deuxième cycle et 13.578 CAD (8.750 euros) pour le troisième.

La FWB s'engage pour sa part à renouveler l'octroi d'une soixantaine de bourses mensuelles pour les étudiants québécois.

Rudy Demotte s'est réjoui de la disparition d'un obstacle financier pour mieux "soutenir l'égalité sociale". "Le Québec figure parmi les destinations les plus prisées des étudiants belges francophones", a-t-il conclu.