Belgique

Une centaine de lettres écrites par des festivaliers d'Esperanzah! revendiquant une autre politique d'accueil pour les réfugiés et migrants ont été déposées mercredi matin au cabinet du secrétaire d'État à l'Asile et la Migration, Theo Francken (N-VA). 

La délégation qui s'y est rendue n'a toutefois pas été reçue au cabinet et a dès lors déposé les missives dans sa boîte aux lettres. L'action était à l'initiative des écrivains publics du réseau PAC (Présence et Action Culturelles), qui apportent un soutien gratuit et confidentiel à la rédaction de courriers administratifs ou privés. "En proposant aux festivaliers d'Esperanzah! d'envoyer des lettres à Theo Francken, nous voulions les sensibiliser aux mesures de plus en plus répressives prises ces dernière années à l'encontre des sans-papiers. 

Le discours en matière de politique migratoire est de plus en plus alarmiste et criminalisant vis-à-vis des étrangers, et va à l'encontre des valeurs fondamentales que notre société prétend incarner", a indiqué Stéphanie Villet, coordinatrice des écrivains publics de PAC.

"Les gens sont peu au courant de ce durcissement et c'est pourquoi nous souhaitions les en informer. Un projet sur l'asile et la migration a par exemple été voté en juillet dernier. Il comportait 400 pages comprenant 70 articles de lois visant clairement à réduire les droits des étrangers en Belgique. Aucune consultation sérieuse n'a été effectuée avec des experts en droit d'asile et il a été demandé aux députés de voter la loi en deux semaines. 

Selon les associations, ce délai n'était pas raisonnable pour analyser ce texte en profondeur", a-t-elle ajouté.