Belgique

"Tous les citoyens du pays paient la lourde facture de ce qu'on ne peut que qualifier de fraude légale", a conclu la Centrale générale
BRUXELLES En 2009, les intérêts notionnels ont représenté un manque à gagner pour l'Etat belge de 5,8 milliards d'euros, ce qui représente 500 euros par habitant, "soit plus que le budget pour les allocations familiales qui s'élève à 5,5 milliards d'euros", a calculé la Centrale générale de la FGTB qui plaide dans la foulée pour la suppression du système.

Cette situation est "d'autant plus inacceptable qu'un tiers de ces intérêts notionnels bénéficie à seulement 20 grandes entreprises et banques, parmi lesquelles GSK, BASF, Exxon, mais aussi Fortis, Dexia et KBC", a expliqué le syndicat socialiste.

Quatre ans après leur lancement, a-t-il poursuivi, "on ne peut que constater que les intérêts notionnels coûtent chaque année de plus en plus cher, sans donner un réel effet positif sur l'emploi. Il est temps que le gouvernement mette fin à cette générosité fiscale en retour de laquelle les employeurs n'ont aucune obligation".

"Tous les citoyens du pays paient la lourde facture de ce qu'on ne peut que qualifier de fraude légale", a conclu la Centrale générale.

© La Dernière Heure 2011