Belgique

Theo Francken a réagi sur Twitter, en interpellant Ecolo et Groen.

Le secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration Theo Francken habillé d'un uniforme nazi, tenant en main une carabine: c'est le photomontage diffusé pendant quelques dizaines de minutes par Ecolo J sur Facebook pour dénoncer "la collaboration avec un président accusé de génocide", les "rafles planifiées, collectives et avec quota" et les "confiscation et pillage des effets personnels".


Le photomontage, présentant le secrétaire d'Etat comme un soldat allemand de la Seconde guerre mondiale, est accompagné d'un court texte dénonçant la confiscation des effets personnels des migrants au Parc Maximilien, à Bruxelles, les "rafles planifiées, collectives et avec quota" des personnes se trouvant aux alentours du Parc et de l'Office des étrangers, et la "collaboration" de Theo Francken avec "un président accusé de génocide, de crimes contre l'humanité et de crimes de guerre", le Soudanais Omar el-Béchir. Il est en effet apparu que la Belgique a accueilli une délégation soudanaise pour identifier les migrants provenant de ce pays déchiré par la guerre.

Le secrétaire d'Etat a réagi sur Twitter. "Le groupe Ecolo-Groen se place en-dehors du débat politique. Je ne me laisse pas criminaliser. J'exige des excuses", a-t-il écrit, avant d'interpeller les deux partis directement: "Soutenez-vous ceci? Trouvez-vous cela normal?"

Plus tôt dans la journée, c'est l'ancien ministre libéral Hervé Hasquin, par ailleurs historien et ancien recteur de l'ULB, qui a fait un parallélisme entre l'accueil d'une délégation soudanaise en Belgique et les régimes politiques lors de la Seconde guerre mondiale. "Rapatrier des réfugiés dans une dictature qui est quand même sanglante et dont le président est condamné par un tribunal international est assez inquiétant", a-t-il commenté dans l'émission Débats Première. 

"J'avouerai que cela me fait penser à ce qui s'est passé pendant la guerre. C'est le régime de Vichy, de Pétain et de Laval qui se débarrasse des juifs allemands qui avaient fui le régime nazi, en les rendant à Hitler en 1941-42. Et l'on sait ce qu'il est advenu. Donc, j'ose espérer, car rien n'est encore conclu, qu'une prudence extrême et une vigilance de tout instant sera présente au moment où ces rencontres se dérouleront. Il faut se souvenir de ce qu'il peut arriver à des êtres humains lorsqu'ils sont renvoyés dans des régimes honnis et méprisables."

Dans Matin Première, le député Ecolo Jean-Marc Nollet avait lui aussi fait une comparaison avec la période d'avant la Seconde Guerre mondiale, vers les années 1938-1940. "Cela voudrait dire que l'on ferait venir en Belgique les services secrets, la police allemande. C'est ce genre de situation que l'on vit aujoud'hui" a-t-il dit.