Belgique Selon le dernier comptage d’une association, ils sont cinq fois moins nombreux cette année qu’en 2016.

Pour la 17e année consécutive, des comptages d’oiseaux migrateurs ont été organisés en ce début du mois d’octobre dans plusieurs pays d’Europe à l’initiative de l’association EuroBirdwatch. Dans notre pays, ce projet a été coordonné par l’association Natuurpunt en Flandre et par son pendant francophone Natagora, au sud du pays.

Les ornithologues qui se sont prêtés au jeu n’ont malheureusement pas été gâtés cette année. En effet, seuls 27.688 oiseaux migrateurs ont été recensés dans le ciel belge en ce premier week-end d’automne, à partir de 54 postes d’observation fixes.

L’année passée, le nombre d’oiseaux migrateurs observés était cinq fois plus élevé. Il faut remonter jusqu’en 2009 pour retrouver des valeurs aussi faibles que cette année.

Selon Antoine Derouaux, ornithologue pour Natagora, il n’y a cependant pas lieu de paniquer. "Le nombre d’oiseaux observés lors des comptages dépend de nombreux facteurs comme le taux de reproduction dans leur pays d’origine mais aussi la météo. S’il y a un vent fort, ils peuvent choisir de passer par un autre couloir que la Belgique. Le résultat de ces comptages est assez aléatoire, il constitue une photographie d’un moment mais ne reflète pas forcément l’état général des populations d’oiseaux", explique-t-il.

Les premiers oiseaux migrateurs ont commencé leur long périple vers les pays chauds à la fin du mois de juillet. Pour le moment, nous pouvons surtout observer des oiseaux venus du nord et de l’est de l’Europe et qui viennent chercher refuge en Belgique ou plus au sud de l’Europe.

Certains vont même s’aventurer jusqu’en Afrique du Nord. "En ce début d’automne, les oiseaux de passage chez nous sont surtout des pinsons, qu’on voit régulièrement dans nos jardins, mais aussi des cormorans, des étourneaux et des pigeons ramiers, qu’on voit parfois par centaines. On voit aussi passer les célèbres grues cendrées", indique l’ornithologue.