Belgique

La révision des centrales nucléaires belges concernant les problèmes de béton se traduit par un manque à gagner d'environ 250 millions d'euros sur le bénéfice 2018 d'Engie, indique l'entreprise lundi.

La filiale belge Engie Electrabel a revu vendredi son agenda pour les révisions programmées des unités nucléaires de Tihange 2 et Doel 4 et a adapté la date de fin de la révision en cours de Tihange 3.

Ce nouvel agenda doit permettre l'inspection des plafonds en béton du bâtiment annexé au bâtiment réacteur pour chaque unité, selon Engie Electrabel.

Doel 1 et 2 ainsi que Tihange 1 ont une autre architecture et ne sont pas concernées pas ces problèmes.