Belgique

Les procureurs généraux ont fait part dans une lettre adressée au ministre des Affaires intérieures, Jan Jambon (N-VA) de leur "grande inquiétude" au sujet du recours aux tasers par les agents de police. 

"Les pistolets à impulsion électrique nécessitent un cadre juridique spécifique qui n'existe par aujourd'hui", publient lundi Het Nieuwsblad, De Standaard et de Gazet van Antwerpen. "C'est donc illégal", commentent les syndicats. Le syndicat policier ACV souhaite que le projet test d'utilisation des tasers dans quatorze zones de police soit immédiatement mis en suspend. Il agite même la menace d'une grève. "Si un policier touche quelqu'un avec un taser, et que l'individu décède, l'agent de police sera confronté à de gros problèmes. L'agent a en fait recours à une arme illégale. Non seulement c'est ce que nous pensons, mais les procureurs-généraux aussi, or ce sont eux qui décident en définitive des poursuites éventuelles".

Les procureurs généraux exigent une nouvelle législation mais le cabinet du ministre Jambon n'est pas de cet avis. "Nous remercions le collège pour leur avis mais nous estimons que la loi actuelle est suffisante. Nous n'allons donc pas donner suite à leur demande", a déclaré Olivier Van Raemdonck, porte-parole du ministre Jambon.

Disclaimer: Belga diffuse quotidiennement des dépêches reprenant des informations provenant d'autres médias. Ces dépêches sont identifiables par le mot-clé PRESS. Belga ne peut toutefois pas être tenu pour responsable de ces informations fournies par d'autres médias. Merci aux rédactions qui les utiliseraient de toujours citer la source exacte des informations relayées par Belga.