Belgique

Le prince Philippe cite Obama : “yes we can”

envoyé spécial en arabie saoudite vincent liévin

RIYAD Ce dimanche, lors de la mission économique princière en Arabie saoudite, l’activité la plus cocasse du jour était incontestablement la visite d’un marché aux chameaux.

Il faut savoir que certains chameaux se vendent jusqu’à 200.000 euros. Le prix moyen est cependant de 1.000 euros.

Pour la visite des chameaux, le prince Philippe et les ministres avaient laissé leur cravate dans leur voiture. La question, qui était sur toutes les lèvres, était évidemment de savoir s’ils allaient oser monter sur l’animal.

Si le Prince a décliné l’offre poliment, Yves Leterme, le ministre des Affaires étrangères, a lancé, sur le ton de la boutade, au ministre Jean-Claude Marcourt:  “Les chameaux, c’est une compétence régionale.”

Mais le ministre fédéral sera toutefois le premier à oser s’essayer à la monte du camélidé. M. Marcourt le suivra peu de temps après.

Aucun des deux n’aura toutefois convaincu par son agilité.

Le prix du chameau n’est pas le seul élément qui peut surprendre un Belge de passage en Arabie saoudite. En effet, à la pompe, le prix de l’essence s’affiche à… 7 centimes le litre. Une aubaine pour faire Ostende-Arlon aller-retour par plaisir.

Cette journée aura également été économiquement profitable pour la Belgique puisque la société Tractebel a signé un contrat important de 5 millions d’euros pour trois ans. D’autres sociétés sont aussi reparties avec des accords. Enfin, la surprise de la journée est venue du prince Philippe, très discret jusque-là, qui s’est offert une sortie improvisée lors d’une session à la Chambre de commerce.

L’héritier du trône a lancé à la salle des entrepreneurs belges et saoudiens :  “yes we can”. Barack Obama lui-même aurait très certainement apprécié.

À Cette occasion, le Prince a reçu un autoportrait où il n’y avait pas sa barbe. Son changement de look n’a visiblement pas encore dépassé les frontières de l’Europe.

Pour l’anecdote, il faut noter que, chaque jour, il doit combattre un épi tenace dans les cheveux.

Si la polémique persiste sur les missions princières et le rôle du Prince lors de ces déplacements, Yves Leterme, en chef de diplomatie, a reconnu “le rôle important du Prince lors de cette visite”.



© La Dernière Heure 2009