Meilleurs en allemand qu’en anglais

Christian Carpentier Publié le - Mis à jour le

Belgique

Enquête européenne sur la maîtrise des langues. Avec des nouveautés en vue…

BRUXELLES Nuls en langues, nos élèves ? Une étude européenne tempère le constat. Que dit-elle ? Décryptage.

C’est quoi, cette étude ? Une enquête réalisée en février 2011 sur base volontaire dans certains pays européens. En Communauté française, les élèves de 4e secondaire de 112 écoles ont été testés sur leur maîtrise de l’anglais ou de l’allemand. Avec chaque fois trois parties : lecture, audition et écrit.

En anglais, ça donne quoi ? C’est assez moyen, comme le montre le tableau ci-dessus. Nos élèves sont chaque fois dans la seconde partie du tableau. Mais c’est en compréhension à l’audition – une base, quand on veut s’exprimer – que c’est le plus inquiétant.

Et en allemand ? Là, par contre, on frise l’excellence, et ce dans les trois items. Il est vrai que peu de pays l’enseignent assidûment.

Tiens, et les élèves flamands ? Ils cartonnent en anglais. Par contre, ils n’ont pas été testés en allemand, mais en français. Et là, ils se classent nettement moins bien, ce qui confirme que les petits Flamands maîtrisent de moins en moins bien notre langue…

Chez nous, ça s’explique ? C’est un des intérêts de l’étude : ses résultats ont été passés à la moulinette par des universitaires. Outre ce qu’on savait déjà, comme l’impact de l’origine sociale, il en ressort que la perception qu’ont les élèves de l’utilité de leur apprentissage de la langue influence les résultats. On voit aussi que l’utilisation fréquente de médias dans une autre langue – comme des films en version originale sous-titrée – a des répercussions. Or, nos chaînes donnent surtout accès à des films doublés…

Et ça débouchera sur quoi, tout ça ? Sur des améliorations d’une série de choses, assurait hier la ministre de l’Enseignement, Marie-Dominique Simonet (CDH). “Ces résultats confirment une précédente analyse de l’inspection : on ne met pas assez l’accent sur l’expression orale des élèves…” Des efforts continueront également à être accomplis en matière d’immersion, ainsi que d’équipement des établissements en nouvelles technologies.

La ministre veut aussi mieux préciser aux profs les niveaux à atteindre à chaque stade du cursus. Et elle annonce une expérience pilote en juin prochain : une évaluation du niveau atteint par les élèves en néerlandais en fin de deuxième secondaire…



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner