Belgique

Le gouvernement n'a pas pris de décision sur une liste des fonctions pénibles à ce stade du dossier, a indiqué vendredi le Premier ministre, Charles Michel, à propos de la réforme des pensions. 

Il suivra la procédure qu'il s'est fixée et entend avancer en parallèle sur le secteur privé. Le Comité A de la fonction publique a rendu un avis mercredi soir sur l'avant-projet de loi fixant les critères de reconnaissance de la pénibilité d'une fonction. Sur la base de ce texte, une liste des fonctions pénibles dans la fonction publique doit être établie. Or, deux des trois syndicats ont également annoncé leur accord sur une liste négociée avec le cabinet du ministre des Pensions, Daniel Bacquelaine (MR).

Aux yeux de la N-VA et de l'Open Vld, les choses sont allées trop vite et les syndicats ont voulu mettre le gouvernement devant le fait accompli en présentant cette liste.

"Le texte de loi fait un pas en avant et une négociation doit de poursuivre sur certains éléments", a souligné M. Michel à l'issue du comité ministériel restreint. "Nous devons travailler avec méthode et faire en sorte de suivre la négociation".

"A propos de la liste, les choses sont claires: à ce stade, il n'y a pas de décision prise par le gouvernement", a-t-il ajouté.

Des "éléments complémentaires" doivent encore être réglés pour permettre au gouvernement de se prononcer, notamment la garantie d'une cohérence et d'un parallélisme entre le secteur public et le secteur privé. Une nouvelle réunion sur la pénibilité des fonctions dans le privé est prévue la semaine prochaine.

La liste des fonctions pénibles est un arrêté royal qui sera annexé au projet de loi dans le cadre la troisième lecture de celui-ci, a précisé M. Bacquelaine. Jusqu'à présent la liste a fait l'objet d'une négociation entre son cabinet et deux des trois syndicats. Elle "me paraît raisonnable et défendable", a-t-il indiqué.