Belgique

Des travailleuses du sexe ont tenu ce jeudi matin une réunion avec la police locale bruxelloise de la zone Nord, afin de lui faire part de leurs griefs et inquiétudes à la suite du meurtre d'une prostituée de 23 ans qui s'est produit mardi rue de Linné à Schaerbeek. L'échange a été l'occasion de parler de l'insécurité et de la saleté qui règne dans le quartier, ainsi que des trafics de drogue qui y ont cours notamment, précise l'UTSOPI (Union des travailleuses et travailleurs du sexe organisés pour l'indépendance).

Côté police, on explique que le but de la réunion était d'une part d'établir un dialogue avec les prostituées et de l'autre, d'écouter leurs remarques. Ces dernières seront analysées dans un second temps afin de voir comment y apporter une réponse sur le terrain.

"Nous avons également présenté notre plan d'action 2018 pour tous les types de criminalité dans le quartier Nord, qui se veut une approche intégrale et intégrée afin d'avoir un vision globale du quartier", indique Audrey Dereymaeker, porte-parole de la zone de police Nord (Schaerbeek, Evere, Saint-Josse-ten-Noode).

Pour rappel, une jeune prostituée de 23 ans a été mortellement poignardée mardi matin dans la rue de Linné. Un juge d'instruction a été saisi du chef de meurtre à charge de X et aucun suspect n'a pour l'heure été interpellé. Dans la foulée de ce meurtre, des travailleuses du sexe ont fait grève mercredi et symboliquement éteint les néons rouges de leurs vitrines.

En février dernier, une prostituée de 23 ans également, avait été violemment agressée dans la carrée qu'elle occupait rue de la Rivière, à Saint-Josse-ten-Noode. La jeune femme est depuis lors hors de danger et l'enquête est toujours en cours.