Milquet demande 12 millions de plus pour 300 nouveaux policiers

Publié le - Mis à jour le

Belgique

La ministre assure réaliser un travail d'optimalisation pour dégager des moyens financiers pour des augmentations d'effectifs

BRUXELLES La ministre de l'Intérieur Joëlle Milquet dépose vendredi matin une "note complémentaire" en comité ministériel restreint afin de libérer 12 millions d'euros pour l'engagement de 300 nouveaux policiers dès 2013 à Bruxelles, soit "le solde qui manque", a-t-elle indiqué sur les ondes de La Première (RTBF).

"J'entends que tout le monde réclame des effectifs complémentaires, mais le MR m'avait dit non en février" à une précédente proposition d'effectifs complémentaires, a affirmé la vice-Première ministre. "Il y a un déficit dont j'hérite et qui doit être rempli."

Elle a précisé son projet d'un corps militaire et policier pour la sécurisation des sites et bâtiments stratégiques du pays, une formule selon elle "plus efficace" que le plan Vigipirate français prôné par le MR.

"Des tas de policiers" assument actuellement des tâches de surveillance des bâtiments (Palais royal, ambassades, institutions internationales), alors qu'on préférerait qu'ils assurent la sécurisation des gens", relève Mme Milquet.
Créer un corps de sécurisation des bâtiments autoriserait selon elle plus de souplesse, sans changement de statuts. En concertation avec le ministre de la Défense Pieter De Crem (CD&V), Mme Milquet envisage pour ce corps un détachement de 200 à 250 militaires, prestant avec un autre uniforme et formé spécifiquement. La capacité quotidienne de ce corps, augmenté de policiers, serait de 300 personnes.

Actuellement, le niveau d'alerte est de 3. "Si on parvient à un niveau 4 d'alerte, il faut alors pouvoir mettre toutes les forces en oeuvre, et le cas échéant l'armée, mais on n'est pas dans ce cas de figure-là", ajoute la ministre.

Mme Milquet a également demandé au MR un rectificatif vis-à-vis des propos du bourgmestre d'Etterbeek Vincent De Wolf. Elle relève qu'il avait autorisé il y a un an dans sa commune une manifestation de Sharia4Belgium. Dans Le Soir, ce dernier justifiait cette autorisation par le fait qu'il ne disposait d'aucune indication de ses services ou de la Sûreté de l'Etat permettant d'interdire ce rassemblement.

© La Dernière Heure 2012

Publicité clickBoxBanner