Belgique

Au premier rang des valeurs défendues par le MR il y a le travail


BRUXELLES Il n'y a pas eu de voix dissonante, dimanche, à Liège, lors du Congrès du MR. Le parti a refait son unité autour d'un texte présenté en début de semaine du Bureau du parti et rédigé par Richard Miller. Rapporteur général du congrès, il en a été la véritable vedette, longuement applaudi.

Chacun a rendu hommage à l'appel d'une quarantaine de pages qui résume ce que le MR veut défendre. "Je n'ai jamais été aussi heureux depuis des années", a dit l'un des militants intervenant dans le débat. Il semblait résumer le sentiment de beaucoup de militants après les épisodes de contestations de la présidence de l'automne dernier.

Le projet d'appel, rédigé après des réunions organisées dans les différentes fédérations, fera maintenant l'objet de nouvelles discussions internes pour aboutir au printemps à un texte définitif qui sera alors soumis à l'approbation des militants. On peut toutefois dire dès à présent que le texte de base fait l'unanimité des composantes.

Il a ouvertement reçu le soutien du président du MCC Gérard Deprez et du président du FDF Olivier Maingain. Il a aussi celui du vice-président exécutif Willy Borsus, mis en place à l'automne pour calmer ceux qu'on a appelé les rebelles du groupe Renaissance et dont faisaient partie des mandataires ainsi que le MCC.

Au premier rang des valeurs défendues par le MR il y a le travail, ont rappelé tous les intervenants et notamment le président Didier Reynders, ainsi que la défense des libertés au sein d'une société multiculturelle.

Richard Miller qui a présenté l'appel en début de congrès a insisté sur le fait que l'appel devait se lire dans son ensemble et pas seulement chapitre par chapitre. "Dans la société complexe que nous connaissons, tout est dans tout" a-t-il dit.

Depuis la fondation du parti libéral, le travail est au coeur de notre réflexion, a-t-il rappelé. "Personne n'a le droit de nous donner des leçons en matière sociale", a-t-il ajouté.

Sur ce point, le président Didier Reynders s'en est clairement pris à l'attitude d'AB Inbev "qui donne un exemple regrettable, à Liège et à Louvain, de choix peu respectueux d'un vrai modèle de développement".

L'humanisme est aussi au coeur du message libéral depuis sa fondation, a encore dit Richard Miller, ainsi que la défense des libertés. Quant à l'interculturalité, elle s'inscrit dans le droit à la différence mais en respectant le socle des valeurs communes dont l'égalité hommes/femmes et la neutralité de l'Etat.

Les interventions ont d'ailleurs été nombreuses sur ce point et plus spécialement sur le port du voile à l'école ou dans des lieux publics.
Quant à la défense des libertés, elle va de paire avec la sécurité.

"Nous sommes probablement différents de ceux qui hésitent à assumer à force de trop tolérer, de toujours vouloir expliquer, comprendre, excuser", a dit à ce propos M. Reynders.

Richard Miller a terminé la présentation de son texte en disant qu'"avec cet appel les libéraux veulent se donner les mots et les thèmes pour en finir avec la douleur d'être incompris alors qu'ils sont porteurs du plus beau projet de justice et de progrès.

"Ce n'est pas un virage à gauche, c'est purement et simplement la réaffirmation de ce que nous sommes", a-t-il conclu.

Pour Didier Reynders, le MR se place clairement au centre-droite "face à la course effrénée des autres formations vers la gauche conservatrice ou un populisme dangereux".

"Le chantier du printemps des réformes nous a remobilisés", a conclu Didier Reynders pour qui "le temps est à la mobilisation et à l'union sans faille" dans la perspective des échéances électorales à venir.

© La Dernière Heure 2010