Belgique

Dans moins d'un mois, les élèves de sixième primaire vont passer leur certificat d'étude de base. Pour les aider au mieux, la Dernière Heure vous propose ses cinq conseils incontournables à la réussite du CEB.

1. Travailler dès le début de l'année

Forcément, un travail régulier est bien plus productif qu'un travail de dernière minute. Pas besoin de réviser des heures par jours, même une demi-heure suffit, tant qu'on ne s'y laisse pas distraire.

Et si vos enfants n'ont pas assez travaillé durant l'année, il n'est pas trop tard ! Mettez en place un planning de révision pour l'aider et le mettre dans les meilleures conditions de réussites.

2. Lire

Un enfant qui lit deviendra un adulte qui réfléchit. Ce n'est pas le passe-temps le plus folichon chez les jeunes aujourd'hui, mais la lecture est très importante. Elle permet d'améliorer la capacité de l'enfant à se concentrer et de lui faire découvrir de nouveaux mots, de nouvelles idées. Et la concentration sera la meilleure amie de votre enfant devant sa feuille de CEB.

3. Comprendre ce qu'on lit

Ce n'est pas tout de dévorer des bouquins à longueur de journée, le tout est de les comprendre. Même si ça demande des efforts, comprendre ce qu'il lit permettra à l'enfant de mieux comprendre ce qu'on lui demandera le jour J. Le CEB ce n'est pas apprendre, c'est comprendre !

4. Bien vivre

S'aérer, manger des fruits et des légumes, dormir, boire assez d'eau… Voilà encore un programme plaisant pour l'élève. Même s'il faut changer certaines habitudes pour la période des examens, cela vaut la peine. Un élève en bon état d'esprit commence par être bien dans son corps (Bien dans sa tête, bien dans son corps comme dirait l'autre). Il est donc indispensable pour l'enfant d'être dans une spirale positive, il sera bien réveillé et motivé pour passer ses examens.

5. Ne pas foncer

Cela rejoint le point qu'est comprendre ce qu'on lit. Lorsque votre enfant sera devant sa feuille, il doit comprendre ce qu'on lui demande avant de répondre. Lire les consignes avec attention et ne pas foncer tête baissée, voilà comment l'élève ne répondra pas à côté de la plaque. Et si la question paraît trop compliquée, pas de panique. Il suffit d'y revenir plus tard, lorsque les questions plus à portée de main seront terminées. Cela donne de la confiance à l'élève de commencer parce qu'il maîtrise, plutôt que de coincer sur ce quoi il a du mal. Sur ce, bonne m*** !