Nouveau suspect pour Paris et Bruxelles: Naïm Al Hamed

Gilbert Dupont Publié le - Mis à jour le

Belgique Ce Syrien de 28 ans "très dangereux et armé" est recherché avec Abrini.

Après les attentats de Bruxelles, les services antiterroristes occidentaux ont reçu une liste de cinq principaux suspects introuvables soupçonnés d’être impliqués dans les attentats du 13 novembre à Paris qui ont fait 130 morts et de ceux de mardi matin à Brussels Airport et à la station Maelbeek.

Si quatre noms sont connus, le cinquième apparaît pour la première fois, s’ajoutant à tous ceux en lien avec les attentats : Naïm Al Hamed, un Syrien de 28 ans. Son nom était publié hier par des médias espagnols.

Si aucune information n’est communiquée sur le rôle qu’il aurait joué, l’individu est décrit comme "très dangereux, susceptible d’être armé". Notons que la même description accompagne la fiche de Mohamed Abrini.

La fiche mentionne que Naïm Al Hamed est né le 1er janvier 1988 à Hama (Syrie), de Khaled et Fawzih Al Hamed. Al Hamed, qui est recherché pour son implication supposée dans les événements de Bruxelles et Paris, est de nationalité syrienne. Son signalement est diffusé à l’étranger entre ceux de Mohamed Abrini, Belge de Berchem-Ste-Agathe, et Najim Laachraoui, l’artificier dont on ignorait à ce moment qu’il était probablement mort en kamikaze mardi matin à Brussels Airport.

Probablement, car un doute théorique subsiste, empêchant de confirmer officiellement la mort de Laachraoui. Des débris humains déchiquetés ont été isolés parmi ceux trouvés à l’aéroport, et les examens génétiques ont confirmé leur appartenance à un membre de la famille Laachraoui. Des examens ADN complémentaires sont demandés, pour confirmer qu’entre plusieurs frères, il s’agit bien de ceux de Najim.

Tout porte à le croire, mais une forte probabilité ne suffit pas.